Xalass : Billet du jour
A la Une

MM les ministres, vous avez El Hadj Ndiaye en ligne !

El Hadji Ndiaye, patron de 2STV, ancien élève-photographe, fondateur du célèbre studio 2000. Tout le monde connait ce garçon de 69 ans, visage sans forme au milieu duquel pointe un nez betterave. On connait également El Hadj Ndiaye, fondateur de la célèbre “Pyramide Culturelle Sénégalaise” (PCS) à Dakar, usine de duplication de cassettes puis de CD et DVD. Studio, disent les mauvaises langues, qui aurait bâti sa fortune sur le dos de la deuxième génération de musiciens sénégalais. On connaît enfin El Hadj Ndiaye, – Ibrahima au civil – natif de Matam et, parent plus ou moins lointain de son excellence Ñangal, dont il se targue d’être le “grand-frère”. Mais, jusqu’à ce qu’il le révèle lui-même, on ne connaissait pas El Hadj Ndiaye, doté d’un pouvoir aussi régalien que celui de défaire la carrière d’un ministre de notre chère République en quête d’émergence que nous ne lui avons pourtant pas confiée. Il dit : “Le malheur de la République aujourd’hui, c’est que les ministres ne répondent pas au téléphone. Tu appelles un ministre pour qu’il règle un problème mais malheureusement, ni lui, ni ses collaborateurs ne répondent. Il y a beaucoup de ministres qui doivent être virés. Mais Matar Ba n’en fait pas partie. Désormais je demanderai à Macky de limoger tout ministre qui refusera de répondre à mes appels téléphoniques”.

Ainsi, si notre très souriante “First Lady”, Faye-Sall, est dotée, comme nous le révélait un certain Ndiaye Mbagnick, ancien ministre de la Culture – domaine de prédilection du fondateur de 2STV –, si donc Faye-Sall est nantie du pouvoir de “faire des ministres”, El Hadj Ndiaye lui, peut en défaire à sa guise. Et, gare à ces “m’nistrons” qui oseront jouer aux réfractaires ! Leur sort ne tient qu’à un petit crayon. El Hadj Ndiaye ne badine pas : “Ministres, prenez ses appels téléphoniques, sinon vous risquez votre fauteuil”. Sauf…Matar Ba, bien sûr dont le nom est (encore) mêlé à ce genre de sauces. Détail du reste assez bizarre si l’on se rappelle cette célèbre boutade Mbagnick Ndiaye nous disait : “Si nous avons attendu le titre de M. le ministre, moi et Matar Ba, nous le devons à Marième Faye-Sall”.

  1. Ministres, enregistrez, trouvez un mode de sonnerie “Spéciale El Hadj Ndiaye” et surtout, décrochez vite ses appels. On ne sait jamais dans ce pays qui a autorité sur qui. Décrochez El Hadj Ndiaye. Caxaan Baaxul !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer