Xalass : Billet du jour

La parole banalisée, attention aux maux !

Le « 1er insulteur public » est devenu star de nos petits écrans, depuis presque son élargissement de prison après son retour au pays natal. Et si à l’époque il avait heurté des consciences et soulevé l’ire, Mister Diouf doit maintenant rire aux éclats. Tant il a fait des émules dans nos terres naguère labourées, au-delà des pioches, par l’exemplarité dans le bon comportement social et la parole mesurée. Oui, le bonhomme doit bien se marrer, car même dans les rangs de ceux qui sont censés avoir fait leurs humanités en bon fils du pays de la « soutoura » (décence), on s’accuse mutuellement d’avoir « menti ». Oui, les paroles volent si bas au-dessous de la décence et de nos civilités que même les enfants qui rampent et gambadent en sont arrivés à croire que discuter entre copains va de pair avec s’insulter, se bagarrer et même se poignarder. « L’enfant est le père de l’homme », avait prévenu l’autre. Alors, où sont nos prêcheurs et autres éducateurs ? Sont-ils exempts de reproches, tout comme des « «guides » ? Les questions sont aussi sérieuses que celle de savoir s’il n’y pas lieu de voir comment faire revenir nos conteurs d’antan. Tant la parole est devenue banalisée ! Ce qui ne pourra engendrer que des coups plus fréquents et meurtriers entre « grandes » personnes, que ceux entre des gamins de ce qui était le pays de « la teranga ». Et, c’est connu : « Dis-moi ta jeunesse et je te dirais ton avenir » !

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page