Xalass : Billet du jour
A la Une

Hélas, le « taux de croissance » ne nourrit pas son homme !

Est-ce que le « taux de croissance » nourrit son homme ?

Dans les détails, le Budget 2023 réserve une belle part belle à la Présidence de la République. 71 milliards de nos pauvres francs seront, en effet, octroyés au président de la République, Macky Sall. La Primature se contentera pour sa part de 28 milliards, là où l’Assemblée nationale hérite d’un pactole de 21 milliards de francs Cfa. Sacré déséquilibre, déjà ! Mais, passons sur cette répartition qui engraisse le palais et ses excroissances, pour pointer le curseur sur le fameux taux de croissance du Pib. Selon le gouvernement sénégalais, ce taux sera de l’ordre de 10,1%. Un pourcentage revu à la baisse par le Fmi qui semble appeler à la raison pour avancer un taux de 8,1% au maximum. L’une comme l’autre, ces prévisions frisent l’utopie pour ne pas oser dire le ridicule. Mais, elles permettent de soulever milles inquiétudes, réalistes cette fois-ci, sur l’utilité de cette fameuse croissance qui sert plus la performance des statistiques que le panier de la ménagère ! Si bien que le pauvre parent d’élève, « parent pauvre » de la répartition des deniers publics, est de plus en plus angoissé face à cette hausse exponentielle du coût de la vie qui n’épargne même pas les inscriptions et autres frais de scolarité, dus à une école publique déclinante.  Alors, répondons en chœur : le taux de croissance ne nourrit pas son homme !

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page