Uncategorized
A la Une

Sonko réagit : « Nous sommes la vraie cible Cheikh Yérim Seck »

Le livre de Cheikh Yérim Seck à peine sorti de l’imprimerie suscite un véritable tollé. Si le régime de Macky Sall est attaqué dans les écrits du journaliste, la clameur d’indignation et de protestation jaillit pour le moments dans les rangs du Pastef, de ses militants et sympathisants qui n’ont pas mis du temps pour rappeler à l’auteur de « Macky Sall face à l’histoire », son passé récent peu glorieux, lui qui avait été reconnu coupable de viol et condamné pour ce délit.

Début de l’effet boomerang. Hier déjà, le capitaine Oumar Touré, cité dans le livre, annonçait une plainte contre Cheikh Yérim Seck. Et, ce matin, c’est le leader de Pastef lui-même qui lui emboîte le pas. Ousmane Sonko qui annonce une citation directe à envoyer à notre confrère, semble rappeler d’abord que l’ancien journaliste devrait sans doute être le dernier à relayer des affaires de mœurs sur la place publique. Pour des raisons évidentes. Mais pour Ousmane Sonko, – qui a décliné un exemplaire du livre dédicacé par l’auteur en son honneur – les écrits de Cheikh Yérim Seck sont une « commande » dont la cible toute désignée est le Pastef.

A travers un post sur facebook, le chef de l’opposition rappelle que les allégations « mensongères » de Cheikh Yérim Seck sont servies aux sénégalais à une période bien choisie ; la veille des échéances électorales. « Dans cet ouvrage, dont on m’a envoyé un chapitre qui m’est consacré, ce monsieur relate des faits mensongers et diffamatoires à mon compte en essayant de les maquiller par des propos élogieux sur mon parcours d’opposant et ma place dans l’échiquier politique », regrette Ousmane Sonko à travers un post sur Facebook.

L’ancien député rappelle d’ailleurs que des propos similaires avaient été tenus par un ministre de Macky Sall. « ça m’avait juste amusé à l’époque », ironise Sonko qui toutefois, ne compte pas passer cette nouvelle bavure par pertes et profits, même si, du reste, l’auteur du livre est « mal placé pour parler de mœurs ». Toujours selon Ousmane Sonko, CYS « qui avait annoncé se retirer de la vie publique pour préserver sa famille impactée par des problèmes similaires, s’en prend à ma personne et m’attaque paradoxalement sur ce même registre, surtout à l’approche d’échéances électorales ». « D’ailleurs, entre autres propos diffamatoires, à la veille de la présidentielle de 2019, il avait colporté un prétendu financement de plusieurs millions que j’aurais reçus de la firme britannique TULLOW OIL », rappelle encore le président du Pastef.

Le maire de Ziguinchor qui semble dévoiler « la stratégie » de l’auteur : « donner l’impression de s’attaquer à la gouvernance calamiteuse de Macky Sall pour mieux s’attaquer à la vraie cible de sa commande : PASTEF, ses militants et sympathisants, annonce alors avoir instruit ses avocats. Lesquels vont donc « servir une citation directe à Cheikh Yérim Seck et aux éditions HARMATTAN qui ont servi à diffuser ces inepties ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page