SOCIETE 
A la Une

Traités « d’égoïstes » par l’ambassadeur du Sénégal à Washington et sans interlocuteur : Des sénégalais bloqués aux USA interpellent Macky Sall

Il sont au nombre de 49. Un groupe de ressortissants sénégalais bloqués au pays de l’oncle Sam après la suspension des lignes aériennes pour à cause du COVID-19 a dit toute son indignation face à l’attitude de l’ambassadeur du Sénégal à Washington. L’ancien ministre Mansour Elimane Kane puisque c’est de lui dont il s’agit, les aurait traités « d’égoïstes » dans une sortie sur la télévision publique sénégalaise RTS1, le vendredi 2 mai dernier.

Revenant sur les propos de Mansour E. Kane, ces sénégalais rappellent : « Il suggère qu’on pose un problème sanitaire alors qu’aucun d’entre nous n’a même pas été exposé au Covid-19. Il nous traite ensuite d’égoïstes à vouloir rentrer chez nous au lieu de nous ruiner en frais d’hébergement à l’étranger où nous restons sans assistance ». Toute considération qui les poussent à dire que le diplomate sénégalais a « ajouté injures à (leur) blessure d’être abandonnés en terre étrangère ».

Invité de l’émission « Mbass-Mi » (l’épidémie) sur la télévision nationale RTS 1, l’ambassadeur Mansour E. Kane avait invité les sénégalais bloqués aux Etats-Unis d’Amérique à voir, par delà, leurs « propres intérêts » et à se conformer au système de santé imposé par la crise. Un message très mal perçu par leurs destinataires qui n’ont pas manqué de rappeler au diplomate qu’ils sont bien des sénégalais qui, du fait de la fermeture de l’aéroport au Sénégal, n’ont pas pu regagner leurs familles respectives. Dénonçant le fait qu’ils n’ont aucun interlocuteur au niveau des différentes représentations diplomatiques sénégalaises aux États-Unis – « ces dernières (ambassade et consulats) sont vides et fermés depuis le début de la pandémie », ont-ils confiés à nos confrères de seneweb, ces sénégalais ont ainsi décidé d’interpeller les autorités à travers les médias. « Pour exprimer notre détresse et plaider notre retour au bercail », justifient-ils.

Et s’ils insistent à exiger ce qui est un droit absolu pour eux, c’est sans doute parce que le rapatriement de certains « privilégiés » a été organisé, « négocié par vol spécial », précisent-ils, sans qu’un seul parmi ce groupe de cinquante ne soit autorisé à voyager à bord de cet avion des « privilégiés ».
Rappelant que d’autres pays sont en train d’organiser le retour de leurs fils, ces sénégalais insistent : « Tout ce que nous demandons aux autorités du pays et particulièrement au président de la République, Macky Sall, c’est d’autoriser l’atterrissage de Delta pour qu’on puisse regagner nos familles ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page