SOCIETE 
A la Une

TRAFIC DE TITRES DE VOYAGE : Simon rejoint Kilifeu en prison

Alors que son compère Kilifeu est sur le point d’être déféré devant le procureur de la République, le rappeur et non moins membre du mouvement “Y en a marre”, Simon Kouka a été arrêté à son tour. Pour des faits plus ou moins similaires à ceux reprochés à Kilifeu, croit savoir notre confrère Libération, Simon Kouka est placé en garde-à-vue à la Division des investigations criminelles (DIC). Simon, en effet, aurait reçu deux millions de francs CFA en échange de la remise de son passeport français à Thierno Amadou Diallo qui l’aurait utilisé.

Dans sa livraison du jour, le journal Libération est également revenu sur l’enquête ouverte par les éléments de la DIC concernant le trafic de visas et de passeports. Une affaire dans laquelle les noms de deux parlementaires sénégalais ont été cités. A en croire la même source, cette affaire va certainement nécessiter l’ouverture d’une information judiciaire. Le sieur Diadji Condé, cerveau présumé de ce vaste trafic a été déféré hier, jeudi mais a bénéficié d’un retour de parquet. Quant aux députés, Boubacar Biaye et Mamadou Sall, “ils risquent gros”, commentent nos confrères de Libération. Déjà, le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse est sur le point de déclencher la procédure interne concernant ces deux collègues.

Mais, les parlementaires cités dans cette affaire continuent de nier toute implication. Je connais El Hadj Condé, mais je n’ai rien à voir avec cette affaire. Je ne sais pas comment la copie de mon passeport s’est retrouvée chez lui. Je reste serein et je n’ai pas reçu une convocation », réagissait Boubacar Biaye, député Bby et président du Conseil départemental de Sédhiou.

El Hadji Diadji Condé, l’homme au centre d’une rocambolesque affaire de trafic de passeports diplomatiques a notamment cité ce dernier ainsi que Mamadou Sall (député, président du conseil départemental de Salémata) comme étant ses associés.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer