SOCIETE 
A la Une

TOUBA : Avant de tuer ses deux garçons, Bara Touré avait déjà “tout” perdu

Une maison quadrillée, une sécurité renforcée aux alentours, des voisins médusés et une famille entière meurtrie. A l’intérieur de la maison familiale des Touré, sa maison, Bara Touré, la quarantaine bien sonnée, retrace devant les policiers enquêteurs qui l’ont arrêté hier mardi 12 mai, les différentes séquences d’un scénario macabre qu’il a lui-même réalisé. Il y a neuf mois, ce polygame et père d’une modeste famille vivant au quartier Yonou Darou à Touba, mettait fin à la vie de deux de ses garçons. Baye Daour Touré (2 ans) et Serigne Mbacké Madina Touré (7 ans) ont été retrouvés dans leurs chambre baignant dans une marre de sang. Aujourd’hui, neuf mois tard, leur papa, Bara Touré avoue avoir égorgés ses deux enfants. De suspect, il passe ainsi au statut de meurtrier présumé.

La reconstitution des faits effectués ce mercredi 13 mai après que le père a avoué son crime, a réveillé la tristesse et l’émoi des premières heures de cet inoubliable journée du 27 septembre où les corps inertes et ensanglantés des deux chérubins ont été découverts. Folie ? Hantise ? Profonde crise d’angoisse ? Les questions sont nombreuses et, pour le moment aucune réponse pour expliquer le geste de ce mareyeur qui, pourtant semble disposer de toutes ses facultés. Sauf sa sérénité sans doute, emportée par la perte successive de son grand frère qui l’a “forgé” et tout fait pour lui. Outre ce grand-frère, tuteur et “maître” qui a perdu la vie dans un accident, Bara devait perdre, quelques mois plus tard, sa première épouse décédée en couche. Et, pour boucler cette série noire, cet ancien portefaix devenu mareyeur et éleveur, perdra tous ses biens à la suite de deux braquages subis chez lui et un troupeau peu à peu décimé par une maladie pour le moins bizarre. Bizarre, ce fut également ses comportements des derniers jours précédant la nuit du 26 au 27 septembre 2019 où il a commis l’irréparable dans la chambre de ses deux défunts garçon.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer