SOCIETE 
A la Une

Sénégal/Vaccin contre le Covid-19 : Les précisions de l’Institut Pasteur de Dakar

Le bruit a fait le tour du monde à travers les médias et les réseaux sociaux. Une rumeur faisait état de recherches en cours à l’Institut Pasteur de Dakar pour trouver un vaccin contre le Covid-19. Cette information était d’ailleurs relayée presque en même temps que celle concernant un éventuel vaccin que des laboratoires européens voulaient tester en Afrique contre le Coronavirus.

Invité de l’émission « Grand Jury » ce dimanche sur la RFM, le docteur Amadou Alpha Sall, administrateur de l’Institut Pasteur de Dakar a réfuté ces informations tout en apportant des lumières concernant les recherches sur un éventuel vaccin contre le coronavirus. La vérité, dira le docteur Amadou Alpha Sall c’est que « nous sommes actuellement en train de discuter avec le monde des producteurs au tour de cette thématique pour que si ce vaccin arrive que l’on puisse produire ici. Nous ne faisons pas de recherches actuellement sur le vaccin contre le coronavirus. Mais en tant que producteur c’est important de rendre cela accessible.

L’administrateur de l’institut Pasteur de Dakar qui précise que nul ne peut être partout à la fois, estime que lui et ses collaborateurs ont pris l’option de travailler sur la recherche en matière de diagnostic, mais aussi de comprendre comment la maladie travaille. Le docteur Amadou Alpha Sall qui convoquent surtout la cherté des coûts des recherches conclue : « On ne peut pas être sur tous les fronts. Par contre on peut faire le choix de travailler dans certains domaines et dans d’autres. D’être vigilants de manière à ce que si l’opportunité permet de rendre accessible ces recherches au niveau du Sénégal, d’avoir une équipe qui soit prête. Pour, soit contribuer à cette recherches, où à le fabriquer afin qu’ils soient accessible aux Sénégalais et à l’Afrique ».
Par ailleurs, interrogé sur l’essai éventuel du futur vaccin contre le coronavirus sur les africains, le Dr Sall s’est voulu on peut plus catégorique. « Les africains ne seront pas des cobayes. Nous n’allons pas accepter que ces genres de choses se font puisque ce sont nos enfants, nos épouses et nos filles. De ce point de vue, il faudrait rassurer les gens que s’il est important de faire des recherches pour comprendre les effets dans ce contexte, cela ne doit pas donner lieu à des dérapages. Les gens doivent être très vigilants. C’est notre pays et nous avons tous en cœur qu’il soit en bonne santé », tranche-t-il.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page