SOCIETE 
A la Une

RÉCURRENCE DES ACCIDENTS : Danger sur la VDN 3

Au début, les accidents concernaient surtout des piétons qui traversaient la route pour aller à la plage ou qui quittaient la plage pour rentrer chez eux. Désormais, la VDN prolongée enregistre surtout des accidents de véhicules qui heurtent les garde-fous, s’il ne finissent pas leur course dans le décor sablonneux. Par endroits, le sable marin charrié par le vent gêne la libre circulation.

De plus en plus empruntée par les automobilistes, la voie de dégagement nord (VDN 3) est devenue une voie accidentogène par excellence. En effet, il ne se passe pas une semaine sans qu’un accident, souvent très grave, ne soit signalé sur cette route (ce fut le cas ce week-end) qui entre autres, dessert la cité Apix, Tivaouane Peulh et Keur Massar, en passant par Malika.

Et, cette période de froid est potentiellement risquée pour les habitués de cette voie, eu égard à la brume nocturne qui rend difficile la vue dans cette zone non éclairée. Aussi, certains automobilistes ne facilitent pas les choses : ils roulent avec des phares non conventionnels qui gênent souvent la vue des autres automobilistes qu’ils croisent.

En outre, la route est devenue ensablée par endroits à cause du sable marin charrié par le vent. Presque toutes les semaines, des agents de la voirie, engagés par l’AGEROUTE, s’évertuent à désensabler mais, leurs efforts ressemblent à une goutte d’eau enlevée de la mer. Le sable ainsi enlevé aujourd’hui, s’entasse à nouveau le lendemain et accentue les risques d’accidents, surtout la nuit, quand la visibilité des automobilistes est réduite. A cela, il faut également ajouter le facteur humain avec certains automobilistes qui ne prennent pas en considération cet état de fait. Certains automobilistes qui empruntent cette voie se laisse aller avec des vitesses souvent en dessus de celles indiquées sur les panneaux d’indication.

RÉCURRENCE DES ACCIDENTS : Le danger guette les automobilistes qui passe par la VDN 3

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer