SOCIETE 
A la Une

SEXTORSIONS : La police sénégalaise explique comment éviter le piège

Il est rare qu’une affaire de sextorsion ne soit relatée dans les pages “faits divers” des journaux. Le terme de sextorsion prévu et puni par la loi pénale, consiste en l’extorsion via internet de faveurs sexuelles ou monétaires. Selon la division spéciale de cybercriminalité (DSC) de la police nationale sénégalaise, la pratique consiste en un “chantage par lequel un malfaiteur va d’abord persuader sa victime de lui envoyer des vidéos ou photos intimes, puis va lui demander de payer une somme pour ne pas voir ces photos ou vidéos publiées”.

Ayant constaté une recrudescence des plaintes enregistrées, relatives à cette nouvelle forme d’infraction, la DSC, conformément à sa mission de service public de police judiciaire, n’a pas hésité à alerter les populations. Rappelant d’abord qu’au plan pénal ce fait constitue une infraction passible d’une sanction devant les juridictions pénales du pays, la DSC de la police nationale a exhorté tous les utilisateurs d’internet à ne jamais accepter de payer de l’argent aux éventuels maîtres chanteurs qui useraient de menaces. Car, explique la DSC, “accepter de payer n’apporte aucune garantie sur la non diffusion de la vidéo par le cybercriminel et ne peut qu’engendrer une nouvelle demande de paiement”.

En lieu et place, la police suggère aux victimes de “déposer plainte auprès de la division spéciale de la cybercriminalité de la police nationale ou de tout autre service dédié”. Ensuite, poursuit la DSC dans une note rendue publique, il faut “conserver les échanges (tout en se gardant de répondre aux messages, ndlr)”. “(Modifiez) vos mots de passe de vos comptes sur les réseaux sociaux” conseille encore la police qui insiste sur la nécessaire vigilance des justiciables.”Car l’identité d’une personne n’est pas toujours vérifiable sur internet”, prévient la DSC de la police nationale qui suggère enfin de “ne jamais ouvrir les mails inconnus”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer