SOCIETE 
A la Une

RAPATRIEMENT DES CORPS DES SÉNÉGALAIS DÉCÉDÉS DU COVID : La cour suprême a rendu sa décision

Pour éviter les risques de contamination liée au COVID-19, l’Etat du Sénégal a décidé d’interdire le rapatriement des corps des sénégalais décédés du COVID-19 à l’étranger. En lieu et place, le ministre des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur annonçait des concertations avec les familles des victimes pour trouver les voies et moyens de les inhumer sur place selon les rites et pratiques de leurs différentes religions et coutumes. A cet effet, Amadou Ba avait annoncé que l’Etat était prêt à accompagner les familles des victimes à payer des places dans les cimetières pour que les défunts puissent y reposer dignement.

Cette proposition était néanmoins loin de satisfaire les familles des victimes du COVID-19 dans la diaspora. Mieux, elles se sont regroupées dans un collectif (Collectif pour le Rapatriement des Corps des Sénégalais décédés du COVID à l’étranger (CRC – Sénégal, présent dans 32 pays)) pour unir leurs forces et mieux dérouler leur combat pour « la restauration de la dignité des défunts ». C’est dans ce cadre que mardi dernier, le collectif avait saisi la cour suprême d’une requête en référé pour faire annuler la décision de l’Etat du Sénégal. Dans ses prétentions, le collectif estime que les dépouilles en question ne présentent aucun danger et les spécialistes consultés sur la question sont d’avis que ces corps ne sont pas de nature à engendrer un préjudice anormal et spécial.

Selon les pièces du dossier, « par exploit en date du 06 mai 2020, des citoyens sénégalais et certaines associations avaient signifié à l’Agent judiciaire de l’Etat une requête aux fins de référé liberté tendant à juger que la décision de l’Etat du Sénégal interdisant le rapatriement des corps des nationaux décédés à l’étranger du COVID-19 porte une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales, notamment la liberté religieuse, la liberté de conscience ». Les requérants voulait également que la cour suprême « (enjoigne) l’Etat du Sénégal d’autoriser le rapatriement et l’inhumation au Sénégal des dépouilles des sieurs D. M. et M. L, décédés respectivement à Paris et en Italie (et) de prendre toutes mesures d’accompagnement utiles, à chaque fois que les familles demandent le rapatriement au Sénégal des corps des ressortissants sénégalais décédés a l’étranger du COVID-19 ».

Cependant, la haute juridiction qui s’est prononcée sur la question et rendue sa décision ce jeudi 7 mai a débouté ledit collectif. Une décision que la cour suprême, motive par une absence de caractère « scientifique » de la mesure prise par l’Etat du Sénégal. Mais, contacté par nos confrères de seneweb, Me Abdoulaye Tine avocat et membre du collectif estime que ceci n’est « pas conforme » au droit ». « Parce qu’on s’attendait à ce le juge oblige à l’Etat de libérer la justification scientifique de la mesure », a ajouté la robe noire qui compte de poursuivre le combat en saisissant le comité des droits de l’homme des Nations Unis.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page