SOCIETE 
A la Une

PRÉVENTION DU COVID 19 : L’explication scientifique de l’utilité du port du masque

Après avoir été relégué au second plan dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus – “la grande erreur”, selon le scientifique chinois – le port du masque est désormais l’une des principales armes contre le virus. Au Sénégal, un arrêté du ministre de l’intérieur l’a rendu obligatoire depuis le 17 avril dernier, “dans les services de l’administration publique, quel qu’en soit le mode de gestion ; les services du secteur privé ; les lieux de commerce ; les moyens de transport”.

Aujourd’hui, selon une étude publiée le mercredi 13 mai dernier par la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America ou “comptes-rendus de l’académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique”), le port du masque contre le coronavirus pourrait bien avoir une explication scientifique.

Selon les résultats de cette étude, les microgouttelettes de salive qui “peuvent rester en suspens dans l’air huit minutes voire dix dans un espace clos”, peuvent être vecteurs du virus. Autrement dit, après les éternuements et la toux, la salive dégagée lors des échanges oraux peuvent être source de contamination, “à cause de la projection de postillons”.

Selon la même source, lorsqu’elle prend la parole, une personne atteinte du coronavirus peut expulser “l’équivalent de 1000 gouttelettes contaminées par minute”. Ces gouttelettes “peuvent rester en suspension dans l’air jusqu’à dix minutes”, ajoute la revue PNAS qui précise que plus les microgouttelettes sont petites, plus elles restent longtemps en suspension dans l’air, tandis que les plus lourdes, par l’effet de la gravité, vont retomber plus vite. Toutes considérations qui donnent au port du masque une justification plutôt scientifique.

Interviewé en fin mars par le site du journal Le Monde, le directeur du centre chinois de contrôle et de prévention des maladies expliquait que le fait de ne pas porter de masque a été la plus grande erreur commise en Europe et aux Etats-Unis. “Ce virus se transmet par les gouttelettes respiratoires (…) le simple fait de parler peut transmettre le virus (…) avec un masque, on peut empêcher les gouttelettes porteuses du virus de s’échapper et d’infecter les autres”, expliquait-il.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer