SOCIETE 
A la Une

POUR AVOIR DETOURNÉ 12 MILLIONS : Un comptable de 2AS AIBD condamné à un ferme

Un comptable indélicat, en fonction à l’aéroport international Blaise Diagne pompe douze millions dans les caisses.

Rocambolesque. L’affaire est en train de faire le tour du monde. Deux prévenus, Lansana Konté et Ibrahima Sène ont été accusés d’avoir falsifié un chèque de la société 2AS AIBD et retiré la rondelette somme de 12 millions francs CFA dans une banque de la place. Mais, si le sieur Ibrahima Sène a finalement été relaxé hier par le tribunal des flagrants délits de Dakar, Lansana Konté pour sa part, devra assumer toute la responsabilité de cette affaire conformément à la volonté du tribunal. En effet, comptable de son état, le sieur Konté a profité de la naïveté de son supérieur hiérarchique pour disposer du double des clés de son bureau. L’entrée étant donc libre pour lui dans ce bureau, il s’y introduit discrètement en déjouant la vigilance d’une de ses collègues. C’est ainsi qu’il réussit à dérober un chèque du montant indiqué ci-dessus.

Pour ne pas éveiller des soupçons, Lansana Konté attend la fin du mois pour retirer ledit chèque. Mais, une fois à la banque, on lui annonce qu’il ne pouvait pas retirer le chèque avec sa pièce national d’identité. Décidé à « ses » millions, le comptable fait appel à un de ses amis du nom de Ibrahima Sène pour le faire à sa place. Pour convaincre ce dernier, Lansana Konté lui dit que l’argent représente des « arriérés de salaires » et, lui remet une enveloppe de 150 000 francs CFA pour service rendu ». Ensemble, les deux amis louent un appartement à Mermoz et mènent une vie en rose. Mais, entre temps la société 2AS AIBD a été informée d’un retrait plus ou moins douteux. Elle dépose alors une plainte et les limiers finissent par identifier le titulaire de la pièce d’identité qui a procédé au retrait des douze millions, relate le journal L’AS dans sa parution du jour. Arrêté après deux jours de recherches, Ibrahima Sène balance son ami.

Déférés au parquet, ils ont été jugés hier. Mais, devant la barre, Lansaka Konté a tenté de nier les faits. Il affirme s’être rendu au bureau mais « ne savait pas que le coffre s’y trouvait. Une thèse très vite rejetée par le juge car, selon les éléments de l’enquête, le sieur Konté savait bien que les chèques se trouvaient dans le coffre. « Cet argent m’a été offert par un ami pour lequel j’avais travaillé. C’est mon patron Berkel qui m’a remis le chèque avant de partir en Turquie. J’ai endossé le nom de mon ami parce que le banquier m’a dit que je pouvais le faire », tente de se débiner Lansana Konté sans convaincre le juge qui le condamnera à une peine ferme d’un an ferme et d’une amende de 500 000 francs FCA, sans préjudice des 15 autres millions qu’il doit verser à la société 2AS AIBD. Son ami, Ibrahima Sène, plus chanceux, a été relaxé.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page