SOCIETE 
A la Une

PIKINE : O. Mbaye viole la fille de son ex

Vengeance ? Folie ? Perversité extrême ? Les questions ne manquent pas à Pikine Guinaw Rails Nord pour accompagner les commentaires autour de la tortuosité de O. Mbaye. Marchand ambulant de son état, cet homme n’a rien trouvé de mieux que d’abuser sexuellement de la fille de son ex-amante. Comme pour se venger de la dame Aminata S. avec qui il entretenait une relation et lui faire vraiment mal, O. Mbaye s’en est pris à la fille de celle-ci, âgée seulement de 7 ans. A en croire nos confrères du journal Les Echos qui parlent de cette affaire dans leur édition de ce mercredi, Mbaye a réussi à attirer la fillette dans sa chambre – la même où il recevait la mère – pour abuser d’elle.

Appréhendé à la suite d’une plainte déposée par les parents de la victime, le violeur présumé balaie d’un revers de main toutes les accusations portées sur lui. Pour mieux se tirer d’affaire, il jure devant les enquêteurs qu’il n’a jamais été dans la maison quand la fillette y passait un bref séjour. O. Mbaye, tente de bétonner son alibi en affirmant qu’il quitte très tôt pour se rendre à son lieu de travail.

Seulement, le marchand ambulant ne savait pas que plusieurs témoignages de ses colocataires convergeaient vers sa personne pour le désigner comme l’auteur de cet acte. La mère et la grand-mère de la fille, qui habitent la même maison, soutiennent également que le mis en cause a passé les différentes journées à la maison. Mieux, poursuit la mère de la fillette, le jour des faits, elle l’avait laissé avec son ancien copain autour d’un bol de repas.

Outre ces témoignages, la description détaillée de sa chambre faite par la fille, va compliquer les choses pour le violeur présumé qui campe toujours sur sa position et explique cela par le fait que celle-ci fréquentait tout le temps la pièce. Mais, devant les indices concordants et compromettants, O. Mbaye a été déféré au parquet pour abus sexuel commis sur une mineure de 7 ans.

Avec la récurrence des cas de viol et de pédophilie, souvent suivis de meurtre ou d’assassinat, c’est à croire que la loi qui criminalise ces différentes infractions n’a pas encore l’effet dissuasif voulu par le législateur.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page