SOCIETE 
A la Une

NÉCROLOGIE : Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna, homonyme de Baye Niass, s’est éteint

Vendredi 03 juillet courant, l’astre du jour avait adouci ses rayons entre Dakar et le Saloum historique. Car, le soleil tenait à s’incliner devant la dépouille mortelle d’un homme de Dieu : Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna, qui rayonnait de spiritualité. Elle s’intensifiait les jours de vendredi, particulièrement. Le vieux sage se levait avant l’aurore pour préparer la grande prière du jour, avec faste et dévotion. Pour elle, il mobilisait son entourage et le comblait de tous les cadeaux. Plus que les autres jours de la semaine, ce sociable érudit régalait passants, badauds et marchands ambulants, toujours certains de trouver de quoi bien se rassasier dans son domicile de Liberté II, qui abritait un lumineux « Dara » : une école coranique d’où sont sortis bien des érudits, qui venaient même au-delà de nos frontières. Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna n’avait de temps que pour nourrir les âmes de la Parole d’ALLAH et répondre aux diverses sollicitations humaines. Celles des pauvres, comme des tenants du pouvoir. Les anciens présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade en savent plus que quiconque. Des ministres du Président Macky Sall, Amadou Bâ et Zahra Iyane Thiam entre autres autorités, étaient au premier rang à l’occasion de la levée de son corps ; se confondant avec la masse. Une véritable marée humaine ! Il ne pouvait en être autrement, puisque l’illustre disparu est le fils du très regretté Elhadj Laamin Sokhna. Celui-là même qui a eu le privilège d’accompagner le premier Cheikh Al Islam Baye Niass à La Mecque. C’était en 1937. L’année de naissance même du défunt Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna.

Une suite logique, puisque la sœur du père de cet homme exceptionnel, Fatou Sokhna, a été la première femme à recevoir un diplôme académique des mains du très saint Elhadj Ibrahima Niass et à amener et servir des plats bien garnis à l’occasion de travaux conduits par le fondateur de Médina Baye.
Suite logique également pour Elhadj Laamin Sokhna, parce que Serigne Oumar Sokhna, frère de ce père de Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna, a été le premier à offrir un véhicule au Cheikhal Islam.
La vie de son fils Eladj Ibrahima Sakhir Sokhna ne pouvait donc que charrier miracles et dons divins, puisque si son père Elhadj Laamin avait tenu à donner à son fils aîné le prénom de Baye Niass, Ibrahima Kabir Sokhna en l’occurence, c’est ce maître de la Fayda (Inondation) qui a baptisé de son propre prénom l’enfant de son disciple et ami Elhadj Laamin Sokhna.
Elhadj : Ibrahima Sakhir Sokhna l’a vraiment été. Pour preuve chaque année si ce pédagogue chef religieux sortait du Sénégal, c’était pour se rendre aux Lieux saints de l’Islam où à Fès : là où repose au Royaume chérifien le fondateur de la vaste et engagée confrérie de la Tidjania.
Elhadj Ibrahima Sakhir qui avait vu le jour à Fass Elhadj Lamine, village sis dans le Saloum à 13 km de Passy y repose désormais. Il y est retourné inanimé, suivi d’une longue procession de véhicules de toutes marques.

Ce fut à un rythme martial, puisque les habitants des cités et localités traversées tenaient tous à s’incliner devant le généreux homme, qui n’a jamais oublié ceux de son terroir. Sa demeure de Liberté II, qui ne désemplissait jamais, était leur point de chute dans la capitale sénégalaise.
L’héritage d’Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna est entre de bonnes mains : celles de son désormais Khalife et fils aîné, Serigne Habib Sokhna.
C’est tout le Sénégal qui lui présente ses condoléances, autant qu’à ses sœurs et frères, tous attachés et dévoués au défunt et à ses enseignements.
Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna laisse également parmi sa large et diverse famille affligée, son petit-fils Ibou Diop, président de l’organisation internationale Global ID Services, et son beau-fils Lamine Touty Thiam, Ingénieur informaticien exceptionnel sollicité de partout.
Elhadj Ibrahima Sakhir Sokhna s’en est allé, après avoir pris le soin de semer avec ferveur. La moisson n’en sera que davantage fructueuse.
Notre Rédaction présente aux uns et aux autres ses sincères condoléances. Que la terre lui soit légère.

(Par Alioune Badara Diallo)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer