SOCIETE 
A la Une

MOUVEMENT SOCIAL “ACTIONS” : Le modèle novateur du Pr Daouda Ndiaye

Concepteur du test « Illumigene Malaria », le Pr Daouda Ndiaye a pendant plus de 20 ans, travaillé dans la lutte contre le palu. Un combat pour la vie, farouchement mené par ce pur produit de la banlieue qui a failli être emporté par la maladie alors qu’il n’avait que 13 ans. Aujourd’hui, il élargit son champ d’action en menant un combat pour le développement dans lequel il intègre la lutte contre le paludisme mais aussi et surtout l’investissement auprès des communautés défavorisées. Le mouvement ACTIONS qu’il a porté sur les fonts baptismaux est en train de faire des miracles. Sur fonds propres !

« (…) Mon principal combat était de lutter contre le paludisme, mais, aujourd’hui, j’y ajoute la lutte contre la pauvreté et la précarité ». Voilà qui résume l’engagement du Pr Daouda Ndiaye, initiateur d’ « ACTIONS », un mouvement social qui lutte contre les inégalités sociales et soutient les populations défavorisées. Parti de la banlieue dakaroise où cet ancien interne des hôpitaux a vu le jour, ce mouvement a, en un temps record étendu ses tentacules à l’intérieur du pays et, est en train d’être implanté dans la diaspora. Cette structure a fait vœu d’œuvrer dans la lutte contre la pauvreté par la conception d’un programme et des activités ciblant les populations « qui en ont réellement besoin », en passant par des secteurs clés de la vie comme l’éducation, la santé et l’entreprenariat.
A travers ACTIONS, le ci-devant chef du département parasitologie de l’UCAD, promu conseiller spécial à Harvard en octobre 2018, compte rendre à la communauté ce qu’il a reçu d’elle. « Si j’ai pu être là où je suis aujourd’hui, c’est parce que j’ai eu à bénéficier d’un appui du système éducatif de l’Etat. Et l’Etat c’est vous, nos grands parents, nos mamans, nos voisins, nos compatriotes. Donc c’est à mon tour de le rendre la monnaie en aidant les enfants de ces populations en partageant avec eux ce que je gagne », a-t-il confié à dakarpresse.com.

Il commence ainsi par la promotion de l’excellence dans le secteur de l’éducation à travers des journées d’excellence organisées jusque dans des zones improbables où, grâce à ACTIONS, les potaches, outre une couverture médicale, reçoivent des fournitures scolaires, du matériel didactique et logistique pour certains établissements scolaires. C’est ainsi que cette année, ACTIONS a pu soutenir 8 000 enfants dans l’élémentaire et le secondaire. A cela s’ajoute les bourses scolaires qu’il met à la disposition de certains étudiants à l’université. Tout ce travail, assure le Pr Daouda Ndiaye, « aura un impact réel dans quelques années ». Mais, ACTIONS qui se veut un mouvement national ne s’en arrête pas à l’éducation (laïque) et à la santé. Le mouvement qui soutient également les Daaras a ouvert ses portes et ses financements aux femmes et aux jeunes. Car, de l’avis de son initiateur, le budget national qui a aidé le jeune enfant de Podor ou Bignona est le même qui a pu servir les intérêts des enfants de Pikine ou Thiaroye.
Dans le collimateur des politiques et autres personnalités de tous bords, le Pr Daouda Ndiaye qui murmure à l’oreille de géants du monde dont Bill Gates, se sent plus utile là où il est qu’ailleurs. Même dans un ministère !

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer