SOCIETE 
A la Une

MORT DE FATOUMATA MATAR NDIAYE : La député Awa Niang en parle difficilement

Pour la première fois depuis les accusations portées sur sa personne par le présumé meurtrier de Fatoumata Matar Ndiaye, la député Awa Niang a été publiquement interpellée sur la question. En déplacement ce week-end au Campement Nguékhokh sur invitation de son collègue député Pape Songho Diouf, Awa Niang a eu de la peine à parler de cette triste et gênante affaire pour les responsables politiques de Pikine. “Beaucoup de journalistes m’ont interrogée sur la question, mais j’ai décliné. Il s’agit d’une affaire pendante devant la justice et je laisse la justice faire son travail”, résume le 2e questeur de l’Assemblée nationale. Et, reconnait Awa Niang, “c’est une affaire dont je n’aime pas parler”. Cette précision faite, la responsable “apériste” de Pikine a vite fait de prendre congé des journalistes sous bonne escorte, visiblement bouleversée par cette question.

Ancienne vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Fatoumata Matar Ndiaye a été tuée en 2016 à Pikine. Un meurtre atroce pour lequel son chauffeur Samba Sow a été désigné comme présumé auteur. Lors de son procès, l’accusé a nié tous les chefs d’accusations qui pèsent sur lui et fait des révélations sur les supposés meurtriers de la défunte Fatoumata Matar Ndiaye, incriminant le questeur Awa Niang, sa tante, un marabout et la police. “Ils sont tous corrompus et impliqués dans ce meurtre”, a déclaré Samba Sow à la barre sans convaincre le parquet qui a requis les travaux forcés à perpétuité contre lui. La partie civile quant à elle, réclame 500 millions FCFA avant de souhaiter le retour de la peine de mort. Le verdict devrait être connu demain mardi 21 janvier 2020.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer