SOCIETE 
A la Une

Le conducteur de “Thiak-Thiak”, “l’agression” et les 17 millions de son client

Commis pour convoyer la somme de 17 millions de francs CFA, un conducteur de “Thiak-Thiak” n’a rien trouvé de mieux que de demander à un de ses amis de simuler une agression pour mettre la main basse sur le pactole. Mais, un crime n’étant jamais parfait, les deux amis et complices ont été perdus par les incohérences dans leurs récits.

Le conducteur de “Thiak-Thiak”, M. Fall qui est pourtant souvent engagé par le commerçant Kh. Diané pour ses courses lui a joué un sale tour. Sachant que son client lui remet souvent de gros montant, M. Fall fait appel à son ami M.K. Fall pour simuler une agression et se volatiliser avec les 17 millions de son client. Selon nos confrères de L’observateur, les faits se sont déroulés le 11 janvier dernier. Le commerçant a fait appel, comme souvent, à son livreur pour apporter l’argent à des clients établis à Yoff et qui devaient se rendre en Turquie. Le livreur lui, fait appel à son ami pour lui demander de jouer aux agresseurs. Mais, en cours de route, le livreur qui n’a sans doute pas une totale confiance en son “ami et complice” décide de diviser l’argent avant que “l’agresseur” n’entre en jeu.

La scène de “l’agression” se jouera ensuite à hauteur de l’échangeur de la Patte-d’Oie. Et, sans tarder, le livreur appelle le commerçant pour lui narrer sa “mésaventure”. Mais, face aux incohérences notées dans le récit du livreur, le commerçant saisit le commandant de la brigade de recherches de la gendarmerie de Faidherbe d’une plainte contre X.

Convoqué par les enquêteurs, le livreur revient sur les faits et retrace le film de son “agression”. Les enquêteurs décident alors de reconstituer les faits. Ce procédé leur a très vite permis de se rendre compte des mensonges du livreur, notamment, le fait qu’il soit tombé sans la moindre égratignure alors qu’il a été “heurté par un conducteur de TMAX”. Mieux, sa moto n’a pas été endommagée. Last but not least, les enquêteurs qui ont exploité les données de son téléphone ont constaté que le livreur était en permanence en communication avec son “agresseur”.

Face à tous ces éléments, il finit par passer aux aveux et soutient avoir dissimulé une partie de l’argent dans une chaussure qu’il a cachée dans leurs toilettes publiques. Le reste du butin avait été remis à “l’agresseur”. Interpellé à son tour, ce dernier reconnait les faits et ajoute qu’il était avec un de ses amis au moment de commettre “l’agression”.

La bande a été déférée au parquet à l’issue de leur durée de garde à vue pour association de malfaiteurs.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer