SOCIETE 
A la Une

La ‘’ñarèle » assène 17 coups de couteau à la ‘’awo’’

Dramatique. Le célèbre quartier Ndamatou de Touba a été le théâtre d’une violente querelle de borne fontaine entre deux coépouses qui se disputaient autour d’un ‘’ndogou’’ (rupture du jeun). Au cours de la bagarre qui l’a opposé à sa co-épouse, la dame F. Mbaye a administré 17 coups de couteau cette dernière, S. Diouf. En réponse, la victime a mordu son protagoniste. Elles ont été interpellées et déférées au parquet le lundi 11 avril dernier par la police de Ndamatou.
Après leurs face-à-face avec le procureur de Diourbel, S. Diouf et F. Mbaye qui présentent des blessures réciproques, ont été toutes les deux placées sous mandat de dépôt. Selon des sources proches du dossier, les choses sont parties d’une banale affaire. En effet, à quelques minutes de la rupture du jeûne, la première épouse, S. Diouf, avait étalé une nappe dans l’enceinte du domicile conjugal. Mais sa rivale F. Mbaye n’a rien trouvé de mieux que de marcher dessus avec ses chaussures pour y installer son lit en bambou. Très révoltée par cette « provocation » la première épouse intime alors à son vis-à-vis l’ordre de ne plus recommencer. Et, comme pour chercher des histoires, F. Mbaye lui aurait répondu par le mépris. Il s’en est suivi un échange de propos aigre-doux. Sur ces entrefaites, la deuxième épouse retourne dans sa chambre pour en ressortir avec un couteau. Elle surprend ainsi sa coépouse au moment où celle-ci préparait le ‘’ndogou’’ familial pour lui planter plusieurs coups de couteau dans le dos (17 au total). Malgré le chaos engendré par cette attaque, la première épouse puise dans ses dernières ressources pour riposter. Elle a ainsi mordu sa protagoniste au niveau de la joue droite et de l’oreille. Se vidant de son sang, la première épouse, S. Diouf sera très vite évacuée à l’hôpital pour une prise en charge médicale. Après examen et traitement, un certificat médical lui est attribué portant mention d’une incapacité temporaire de travail (Itt) de 21 jours. En effet, 17 points de suture ont été dénombrés sur son corps, d’après le document médical versé dans le dossier. Egalement blessée au niveau de la joue droite et de l’oreille, la ‘’ñarèl’’ F. Mbaye dispose pour sa part d’un certificat médical attestant une Itt de 07 jours. L’affaire qui alimentait les débats finit sur la table du patron du commissariat de Ndamatou, le commissaire Thiobane, qui diligente une enquête au bout de laquelle, les deux coépouses ont été déférées pour coups et blessures volontaires (Cbv) réciproques.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page