SOCIETE 
A la Une

La GP, le paquet de drogue et les comptables de Hertz Sénégal et du FONSIS

GP faisant la navette entre Paris et Dakar, une jeune dame a fini par faire tomber un réseau de trafic international de drogue. Un « individu au comportement douteux », « un colis non moins douteux »…Tous les ingrédients étaient réunis pour cette GP, d’explorer le contenu de ce paquet assez particulier qu’elle a reçu à Paris et devait livrer à Dakar. Elle ouvre alors l’emballage minutieusement inséré dans le colis et prend de le soin de le montrer au gérant du magasin qui lui sert de point de rendez-vous avec ses clients. Son interlocuteur lui confirme ce qu’elle redoutait : il s’agissait bien de la drogue. Tranquillement, la GP confie l’emballage à un proche et, le plus naturellement au monde, prend son vol pour Dakar, le 2 mars dernier. Prenant son courage à deux mains, elle décide de relater l’affaire devant les enquêteurs de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS), photos du colis suspect à l’appui.

Informé, le commissaire Ibrahima Diop instruit à ses hommes de diligenter l’enquête. La machine, mise en branle en parfaite collaboration de la GP permettra de mettre la main sur le destinataire du paquet laissé à Paris. Sur instruction des policiers, la dame appelle le destinataire du colis pour livraison. Mais, ce dernier, lui envoie plutôt un « livreur ». Les limiers eux n’en demandaient pas plus. Une fois sur le lieu de rendez-vous, le « livreur » est interpellé et mis à contribution. Il conduit les enquêteurs aux Almadies, au domicile du propriétaire du colis, un certain S.E Sarr. Interpellé celui-ci décline son identité et son statut professionnel : comptable à la société de location de voitures, « Hertz Sénégal ». Sarr reconnait la paternité du paquet mais, dit avoir plutôt passé une commande de lingerie en France, via internet, pour le compte de sa copine en voyage hors du Sénégal.

Seulement, il sera perdu par l’exploitation de son téléphone. Les enquêteurs y découvre en effet un message émis par le nommé P.S Diagne qui lui avait passé une commande de drogue. Ce dernier, qui s’est présenté comme un ingénieur financier au Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS), a également été interpellé et reconnu être un usager de la drogue. Lors de cette pêche qui s’est révélé fructueuse, les éléments de l’OCRTIS ont également mis la main sur un certain Hachem, un libanais qui se dit stagiaire comptable. Tout ce beau monde a été déférés au parquet pour association de malfaiteurs, trafic interne et international de drogue, facilitation et usage de drogue.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page