SOCIETE 
A la Une

Ils puent le pétrole et le gaz !

Pour parler utile par ces temps qui courent, il faut vraiment s’étonner de la portée de l’affaire Petro-Tim et de la gravité des faits imputés à Aliou Sall, le p’tit frère de Macky Niangal. BBC “tocc na fi” (BBC a cassé la baraque). Depuis le fameux reportage/enquête de la journaliste Mayeni Jones, ça part dans tous les sens ; ça casse tout aussi ! Gorgorlu qui en découvre bien d’autres cafards, se rend ainsi compte jusqu’à quelle hauteur nos “Jiit” (scorpions), pardon “Njiit” (dirigeants) peuvent se hisser quand il s’agit de se partager nos maigres ressources de pays pauvre très endetté. Et, le plus bizarre dans toute cette scandaleuse histoire de pétrole, c’est qu’ils ont l’ingéniosité nécessaire pour nous inoculer le venin de l’oubli. Nous rendre amnésiques “daal” ! Mais, cette fois-ci “mom”, inutile de forcer, à défaut d’une justice qui les interpelle pour “terrorisme économique” (ça existe, non ?) la clameur va poursuivre, et pour longtemps encore, tous membres du clan Niangal qui puent le pétrole et le gaz à mille lieux. Le brillant général Mamadou Niang et son dialogue politique mort-né (il parait que l’ancien ministre de l”Intérieur va rencontrer les plénipotentiaires des partis) n’y pourront rien !  

Pour rappel, le jeune frère du président de la République est accusé d’avoir trempé dans une affaire de corruption liée à l’exploration et à l’exploitation du pétrole par le géant anglais BP. Aliou Sall, puisque c’est de lui dont il s’agit est depuis lors poursuivi par la clameur et cristallise les critiques de l’opposition et d’une partie de la société  civile qui dénoncent la gestion “familiale” et “clanique” du pouvoir par le grand-frère du maire de Guédiawaye. Les chiffres avancés par la chaîne britannique (6 000 milliards de dollars US, NDLR), sont faramineux et Aliou Sall aurait déjà eu sa part de ce gâteau partagé sur le dos du peuple sénégalais. 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer