SOCIETE 
A la Une

HAUSSE UNILATÉRALE DES TARIFS DANS LES MINIBUS TATA : Me Oumar Youm dit Niet et invite les policiers à intervenir si besoin

La réaction du ministère des transports n’a pas tardé après la publication par l’AFTU des nouveaux tarifs qui devraient être appliqués aux usagers des minibus dits TATA. Cette mesure prise de manière unilatérale par les transporteurs est nulle et de nul effet. Si l’on en croit Me Oumar Youm, son application serait constitutif d’une infraction.

Dans un communiqué qu’il a rendu public ce dimanche 12 juillet, le ministre des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement précise d’abord que “les tarifs des transports publics routiers de personnes sont fixés par le décret n° 2009-20 du 22 janvier 2009″. Ainsi, poursuit le document, le ministère chargé des transports terrestres informe les usagers qu’aucune augmentation des tarifs de transport n’a été discutée encore moins arrêtée avec les opérateurs”.
Par voie de conséquence, “toute hausse unilatérale des tarifs serait contraire au décret précité et aux conventions signées entre l’autorité de régulation des transports urbains, le conseil exécutif des transports urbains de Dakar (CETUD) et les groupements d’intérêts économiques (GIE) membres de l’AFTU”, prévient Me Oumar Youm avant d’insister sur le fait que “toute augmentation des tarifs constituerait une infraction à la règlementation sur les tarifs de transport routier, notamment la loi n° 94-63 du 22 août 1994 sur les prix, la concurrence et le contentieux économique”.

Pour terminer, le ministère des transport a exhorté les opérateurs à veiller à “l’application stricte de la règlementation sur les tarifs”. La tutelle “se réserve le droit de prononcer à l’encontre de tout contrevenant les sanctions prévues par la règlementation en vigueur”, prévient le document qui dans le même temps, invite les forces de sécurité, chargées du contrôle routier, “à veiller strictement au respect des tarifs actuels”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer