SOCIETE 
A la Une

« FOONËNTÉ » EN PLUBLIC : Les deux danseurs de Wally Seck envoyés en prison

En attendant leur procès attendu dans les prochains jours, les deux danseurs de Wally Seck vont devoir séjourner à la prison du Cap Manuel. Eumeudy Badiane et Ameth Thiou ont en effet, été placés sous mandat de dépôt ce vendredi 25 juin 2021, à la fin de leur face à face avec le juge. Les deux « tourtereaux » sont inculpés pour le chef d’attentat à la pudeur.

Les mis en cause étaient en garde-à-vue dans les locaux de la Sûreté Urbaine du commissariat central de Dakar depuis jeudi 24 juin 2021, avant d’être déférés, le lendemain aux environs de 13 heures. Ameth Thiou et Eumeudy Badiane ont été arrêtés suite aux plaintes de l’ONG Jamra et du mouvement Nittu Dëgg pour attentat à la pudeur. Les plaignants Imam Mame Makhtar Guèye et Cie leur reprochent « leur scandaleuse « foonënté » (bisous) entre hommes en public alors que Waly Ballago Seck tenait un concert. Le chanteur quant à lui a été longuement entendu par les enquêteurs dans cette affaire. Mais, aucun chef n’est retenu contre lui. Wally Seck a souvent soulevé la polémique à travers ses accoutrements et surtout son fameux T-Shirt aux couleurs LGBT qu’il avait porté en scène.

Dans sa plainte, l’ONG Jamra qui avait dénoncé ce scandale, avait également fustigé l’attitude des auteurs qui, au lieu de s’amender, avaient plutôt proféré des menaces à travers une vidéo que Jamra avait jointe à la plainte. « INSENSIBLES à la vague d’indignation, suscitée par leur scandaleuse “foonënté” (bouche-à-bouche) entre hommes, les danseurs du groupe WALLY SECK, auteurs de ces faits répréhensibles, commis de surcroît en plein public, le samedi 12 juin 2021 sur l’esplanade du Grand Théâtre, se permettent à présent de PROFÉRER DES MENACES (vidéo jointe à la plainte de JAMRA) contre ceux qui n’ont que le tort de s’émouvoir de la dégradation extrême de nos bonnes mœurs, à l’actif de certains artistes et danseurs, qui se livrent publiquement à des actes contre-nature. Aux antipodes de la législation sénégalaise », avaient écrit Mame Mactar Guèye et ses camarades.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page