SOCIETE 
A la Une

« Enlevées » à Touba : Les 5 filles se retrouvent au lac Rose en « Pool party »

La gendarmerie n’a pas mis du temps pour démêler l’écheveau autour de cette affaire de « kidnapping » qui a défrayée la chronique ces trois derniers jours à Touba. Entendues par les enquêteurs quelques heures après leur « libération » par leur « ravisseur », le groupe des cinq n’a pas pu résister au feu roulant des questions des gendarmes. Le résultat est renversant : les cinq fille n’ont jamais été enlevées. Au contraire…

Portées disparues, depuis vendredi dernier, Mame D. N (19 ans), Gnagna F. (18 ans), Mame Fa. N. (15 ans), Mbayang (14 ans) et Astou N. (14 ans) n’ont jamais été enlevées. En effet, c’est leur aînée, Mame D. N. mariée, malgré son jeune âge, qui a ourdi le plan avec son amant. Le reste du groupe l’a suivi. Ces filles qui ont été retrouvées deux jours après leur « disparition » à Keur Mbaye Fall, au niveau de l’arrêt Serigne Babacar Sy. Expédiées à Touba aux environs de 2 heures du matin par la brigade de gendarmerie de la Zone Franche elles ont servi la même version des faits en insistant sur le fait qu’elles avaient été « embarquées de force » dans une voiture 4X4, de couleur noire, à hauteur de l’arrêt Tata numéro 4 de Darou Rahmaty, alors qu’elles se rendaient à la grande mosquée de Touba pour une ziarra.

Toujours selon la version des « otages » qui habitent la même maison, quelques minutes après, leur ravisseur (qui était seul), aurait arrêté la voiture et ouvert la malle. C’est en ce moment précis qu’elles auraient « perdu connaissance ». Mais, les gendarmes enquêteurs ont constaté que l’une des filles a échangé au téléphone, à deux reprises avec sa maman alors qu’elle prétendait perdre connaissance.

Autre détail intrigant pour les gendarmes : un seul ravisseur, désarmé, a pu « embarquer de force, et d’un seul coup, cinq personnes, dans une voiture ». Face à la pertinence de toutes ces questions directes, la plus âgée des filles finit par passer aux aveux. Selon nos confrères du journal Libération qui reparlent de cette affaire dans leur édition du jour, celle-ci a révélé que leur « ravisseur » n’était personne d’autre que « son amant caché ». Mieux, poursuit-elles, ce dernier avait concocté un plan pour passer avec elle un week-end au Lac Rose. Ce plan « réussi », les filles participaient à une « pool party » (fête dans une piscine) laissant leurs parents et leurs voisins dans une inquiétude indescriptible. Les enquêteurs tentent de déterminer si les deux mineures ont été détournées durant ce weekend. Les investigations se poursuivent.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page