SOCIETE 
A la Une

Enfants égorgés à Touba : Leur père dans le collimateur des enquêteurs

Enfants égorgés à Touba : Leur père dans le collimateur des enquêteurs

Encore un autre rebondissement et pas des moindres dans l’affaire des deux garçons égorgés dans la ville de Touba en septembre dernier. Nos confrères du journal les Echos qui ont reparlé de cette affaire dans leur édition de ce lundi 30 décembre nous renseignent que le premier suspect dans cette affaire ne serait finalement personne d’autre que le père des deux garçons. Bara Touré, puisque c’est de lui dont il s’agit est dans le viseur des enquêteurs depuis qu’un couteau taché de sang a été découvert non loin de sa maison.
Pour rappel, les demi-frères Serigne Mbacké Madina Touré et Mame Daouda Touré, âgés respectivement de quatre et deux ans, fils de la première et de la seconde épouse du père de famille polygame, Bara Touré, ont été découverts égorgés dans leur chambre dans la nuit du 26 septembre dernier au quartier Darou Rahmane dans la commune de Touba. Quelques jours après, leur père qui semblait dépassé par ces malheureux évènements avait tenté de se suicider en se tranchant la gorge, il sera sauvé in extremis par son évacuation à l’hôpital Matlaboul Fawzaini d’où il est ressorti le 12 octobre dernier. Un homme soupçonné d’avoir commis ce crime avait également été pris à partie par les populations avant d’être embarqué par la police. Les mères des deux victimes ont également été longuement entendues par la police dans le cadre de l’enquête.
La division des investigations criminelles (Dic), soutenue par les experts de la police scientifique, avait déployé les gros moyens tant sur plan matériel que sur le plan humain pour faire la lumière sur cette horrible affaire. D’ailleurs, à l’époque, un suspect aurait été formellement identifié. Mais, aujourd’hui, cette affaire connait une toute autre tournure croient savoir nos confrères du journal Les Echos.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer