SOCIETE 
A la Une

EFFETS SECONDAIRES DU VACCIN CONTRE LE COVID : « Déjà 3 cas de décès signalés »

Ce sont nos confrères du journal L’Obs qui donnent l’information dans leur édition de ce vendredi 17 avril. Sur moins de 400 mille injections réalisées (SinoPharm et AstraZeneca) depuis le début de la campagne de vaccination, « une cinquantaine de cas graves » est signalée « suite aux effets indésirables », relatent L’Obs. Ces effets secondaires, se manifesteraient à travers de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires et des nausées, entre autres. Mais, ajoutent encore L’Obs, citant le docteur Ousseynou Badiane, responsable du programme de vaccination, « ces réactions sont appelées effets secondaires mineurs et ne sont pas spécifiques au vaccin contre le Coronavirus. « Ça existe même dans la vaccination de routine des enfants. Les mamans savent de quoi je parle (…) », poursuit le docteur Badiane dans les colonnes du journal.

Seulement, rétorquent nos confrères, depuis le début de la campagne de vaccination contre le Coronavirus, un nombre non négligeable de cas d’effets indésirables graves. Pis encore, « le premier cas d’effets graves avec mort d’homme a été signalé le mois dernier à Yeumbeul (…) un vieil homme de 70 ans décédé des suites d’un AVC au lendemain de son injection de l’AstraZeneca », renseigne le journal qui précise qu’un comité indépendant d’experts, diligenté par le ministère de la santé et de l’action sociale, « avait dégagé la responsabilité de l’injection ». Seulement, écrivent nos confrères, qui cite encore le docteur Ousseynou Badiane : « Jusqu’à la semaine dernière, 53 cas d’hospitalisation ont été notifiés, dont 9 graves et 3 décès ».

Suffisant pour que le directeur de la prévention réagisse. Profitant de sa communication journalière sur la situation de la pandémie dans le pays, le docteur Mamadou Ndiaye est on peut plus catégorique. « Jusqu’à ce jour, aucun décès n’a été lié ou imputé aux vaccins ni AstraZeneca, ni au Sonipharm, contrairement à ce qui a été annoncé par un quotidien de la place, notamment L’Observateur », a martelé le directeur de la prévention au ministère de la santé et de l’action sociale.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page