SOCIETE 
A la Une

Dr Safiétou Thiam, SE CNLS : « Les inégalités persistantes et les défis posés par la Covid nécessitent un effort renouvelé pour mettre fin au Sida » stes pour réduire les inégalités

La 3e édition des Journées scientifiques Sida au Sénégal (JSSS) a été officiellement ouverte le mardi 1er novembre 2022 au centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio, sous la présence effective du ministre de la santé et de l’action sociale, Mme Marie Khémesse Ngom Ndiaye. Devant un parterre d’invités et de participants, Mme Safiétou Thiam, secrétaire exécutive du conseil national de lutte contre le Sida (CNLS), est revenue sur l’importance de ces journées. L’occasion a été saisie pour rappeler devant le parrain et la marraine de cette édition, les professeurs Moussa Seydi et Ndèye Coumba Touré Kane, le rôle des acteurs de la lutte contre le Sida pour contribuer à la résilience des populations lors de la période de la pandémie Covid 19.   

Aussi surprenante que tragique, la Covid 19 a révélé les limites des systèmes de santé dans la quasi-totalité des pays du monde. Au Sénégal, elle a été exacerbée par des mesures de lutte drastiques prises par les autorités pour réduire la propagation du virus. Cet état de fait a impacté la prise en charge des personnes vivants avec le Vih et engendré bien des inégalités que les acteurs de la lutte contre le Sida n’ont pas tardé à contenir, grâce à des stratégies bien réfléchies et très vite mises en œuvre pour ne pas perdre le fil de la prise en charge des patients, surtout ceux souffrant de comorbidité.

C’est cette expérience qui a été le noyau de la 3e édition des journées scientifiques Sida au Sénégal (Jsss). Le thème de cette présente édition : « Le Sida en contexte de Covid 19 et maladies émergentes : Quelle stratégie pour réduire les inégalités », a ainsi été choisi pour tirer les leçons de l’expérience inédite avec la pandémie à Covid les conséquences sur le système de santé, sur l’accès des populations aux services essentiels, sur les inégalités se sont exacerbées, surtout chez les populations les plus vulnérables parmi lesquelles les personnes vivant avec le Vih. Mais, le Sénégal a su s’adapter et, en intelligence avec les différents acteurs, notamment les acteurs communautaires.

La prise en charge a ainsi adaptée en fonction des exigences de la pandémie. Le programme national de lutte contre le Sida a notamment développé des approches novatrices pour jouer sa partition et appuyer le plan de contingence du ministère de la Santé, contribuant ainsi à la résilience des populations. Tout ce travail a été mis en exergue à l’occasion de ces JSSS qui ont vu la participation de plus de 500 experts des 14 régions du Sénégal. Un record d’autant plus remarquable que les communications sont passées de 192 en 2016, lors de la première édition, à 274. Un excellent résultat pour le CNLS qui, à quelques années de l’échéance de 2030, devra réussir à égaliser, à réduire les gaps et, corriger les inégalités, conformément à l’appelle de l’Onusida.

Pour le docteur Safiétou Thiam, « aujourd’hui, à l’heure où le Sénégal est désigné comme modèle en Afrique, nous devons avoir à cœur d’illustrer notre excellence, de démontrer notre capacité à résister, notre capacité de répondre toujours mieux aux urgences sanitaires, aux besoins des populations, notre capacité à égaliser ». Pour ce faire, les acteurs de la lutte peuvent s’appuyer sur des évènements de l’envergure des JSSS qui contribuent à développer, structurer et dynamiser des relations entre les scientifiques, les acteurs, les décideurs, les partenaires à travers le pays et au-delà. Et, si « les inégalités persistantes et les défis posés par la pandémie de Covid nécessitent un effort renouvelé pour mettre fin au Sida », comme le souligne la secrétaire exécutive du CNLS, la  mobilisation doit se poursuivre et doit être axée sur des actions consistant à garantir l’accès à la prévention, au dépistage, au traitement et à la prise en charge de l’infection au Vih.

L’objectif n’est pas impossible car, se réjouit le docteur Safiétou Thiam, « le président Macky Sall a fait des problématiques de santé publique l’un des fondamentaux de son action et qui a toujours considéré la lutte contre le Sida comme une priorité ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page