SOCIETE 
A la Une

DIOP ISEG APRÈS SON EXPULSION PAR SON SON EX-ÉPOUSE : “Elle n’a jamais été aussi heureuse que durant ma détention”

Sorti de prison il y a quelques semaines seulement, le président directeur général du groupe ISEG/UNIDAF semble condamné à mener un autre combat contre son ex-épouse, la célèbre Mme Diop, née Aïssatou Seydi. Celle dernière qui a réussi à expulser Mamadou Diop de sa maison sise à Sacré Coeur est dans le collimateur de son ex époux qui l’accuse d’avoir abusé de sa confiance et d’avoir même “volé” son argent alors qu’il était en prison. Une manne financière qui selon Mamadou Diop, a été dépensée par Aïssatou Diop dans des mondanités. “Ma femme Aissatou Seydi a voulu profiter de sa position et de ma détention pour s’enrichir. Elle n’a jamais été aussi heureuse que durant ma détention”, a notamment révélé Mamadou Diop, interrogé par nos confrères du journal L’Observateur.

Le patron du groupe ISEG qui refuse toute descente aux enfers, compte mener le combat pour recouvrer l’argent que son ex-épouse lui aurait volé. A l’en croire, avec cet argent “volé”, Aïssatou Seydi a construit plusieurs maisons à Keur Ndiaye Lô. Dans la même veine, précise encore le patron de l’ISEG, “au moment où j’étais en prison, elle organisait des manifestations folkloriques avec de grands artistes grassement payés pour de petites prestations”. Pis encore, “au mois de décembre dernier, elle a fait séjourner à Paris quinze membres de sa famille qui payaient chacun 982 500 francs CFA par jour. Avant d’aller fêter Noël en France, elle a passé 3 semaines à l’hôtel Radison pour faire la bamboula avec ses amies”.

En juillet dernier, alors qu’il était en prison pour détournement et corruption de mineure, dans l’affaire qui l’oppose à la jeune chanteuse Dieynaba Baldé dite Dieyna, Aïssatou Seydi, ex-madame Diop avait initié une procédure pour expulser la mère de Mamadou Diop et sa fille Abiba qui occupaient un immeuble dont elle dit être la propriétaire. Finalement, après une longue procédure, Diop ISEG a été exclut avant-hier. Toutefois, il ne compte pas baisser les bras et promet de tout faire pour reprendre cet immeuble sis à Sacré Coeur 3 dont les titres de propriétés aurait été “falsifiés” par son ex-épouse.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer