SOCIETE 
A la Une

Dette de l’Etat due à la Senelec : La hantise des délestages et des émeutes

Si l’on y prend garde, la situation de la Senelec risque de replonger le Sénégal dans le cycle infernal des coupures d’électricité et, subséquemment, des émeutes qui peuvent s’en suivre, comme ce fut le cas en 2011. Le secrétaire général du syndicat autonome des travailleurs de l’électricité (Satelec), Souleymane Souaré, qui avait déjà sonné l’alerte. Aujourd’hui, il revient à la charge dans le journal L’Observateur où il indique : “l’Etat doit 247 milliards Cfa à la Senelec (…) qui peine à s’approvisionner correctement en fuel pour ses centrales, car elle devait elle-même 50 milliards à la Société africaine de raffinage (SAR), son principal fournisseur”.

Partant de ce constat, le syndicaliste prédit des lendemains bien sombres si rien n’est fait. Souleymane Souaré qui est persuadé que les délestages vont reprendre de plus belle, estime que la situation risque d’empirer si le problème de trésorerie de la Senelec ne s’améliore pas. Sans passer par quatre chemins, le patron du Satelec indexe directement l’Etat du Sénégal comme responsable d’une telle situation. “L’Etat est en train de reproduire les mêmes causes qui avaient entrainées les émeutes de l’électricité en 2011. Ces émeutes étaient dues au non-respect des programmes de maintenance des unités de production, des lignes de distribution et de transport et des engagements de Senelec vis-à-vis de ses fournisseurs et des banques”, dit-il sur les colonnes du journal “L’Observateur”.
“L’année dernière, poursuit-il, l’Etat devait 237 milliards FCFA au titre de la compensation et des dettes des sociétés, entreprises et hôpitaux qui dépendent de l’Etat. Cette dette est passée à 247 milliards cette année, ce qui rend difficile la trésorerie de la Senelec”.
En conséquence à la Senelec, au cours de ces deux derniers mois, “les salaires ont été payés avec un peu de retard à la Senelec et “certains prestataires n’ont pas été payés pendant deux voire trois mois”, a affirmé Souleymane Souaré.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer