SOCIETE 
A la Une

DÉRIVES POLICIÈRES : “Les auteurs ont été punis avec toute la rigueur” (Police Nationale)

Sans doute interpellée par cette vague d’indignation et la violence du matraquage policier contre les contrevenants au couvre-feu, la police nationale s’est fendu d’un communiqué pour donner sa version de ces faits tant décriés.

La police nationale rappelle qu’elle a déployé d’importants moyens humains et matériels sur l’ensemble du territoire national, en application du décret présidentiel instituant l’état d’urgence et des mesures administratives subséquentes. Dans le même document, la police dénonce des comportements “aux antipodes de la citoyenneté” adoptés par certaines personnes “qui ne se sont pas abstenues de braver les interdictions et restrictions édictées par les mesures prises par les autorités étatique”. Pourtant, précise encore le communiqué de la police, “le dispositif sécuritaire est visible sur les principaux carrefours, au niveau des installations stratégiques et, se traduit par des patrouilles sur l’ensemble de la zone de compétence de la Police Nationale”. Ce qui confère également le droit de taper sur des citoyens ?

Sans doute non. Semble répondre la police nationale qui reconnaît : “des comportements excessifs ont été noté dans les rangs de la Police”. Mieux, tempère la police nationale, ces “interventions excessives ont été punies avec toute la rigueur qui s’impose”. Ce qui traduit également une sorte de correction infligée au porte-parole de la police nationale, qui

Le comportement de la police nationale en cette première nuit du couvre-feu n’a laissé personne indifférent. Il a suscité de nombreuses réactions et une vague d’indignation quasi contagieuse. Ces images de policiers tapant sans ménagement sur de pauvres citoyens ont même été dénoncées par d’anciens hommes de tenue comme le commissaire Cheikhouna Keïta qui, interrogé par nos confrères de Dakaractu, estime que les policiers peuvent “être rigoureux, mais pas n’importe comment”. “C’est très gênant”, a-t-il insisté.

Dans le cadre du plan national de riposte contre la pandémie du coronavirus, qui a contaminées 99 personnes au Sénégal, le chef de l’Etat a pris un décret instituant l’Etat d’urgence, assorti du couvre-feu sur l’ensemble du territoire national entre 20 heures et 6 heures du matin.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer