SOCIETE 
A la Une

DANTEC : « Nous ne sommes pas des vampires », Marie Khémesse Ngom

La polémique ne cesse d’enfler dans ce qu’il est désormais convenu « l’affaire hôpital Le Dantec » que certains professionnels de la santé dont des universitaires considèrent comme un « drame sanitaire et social ». Face aux critiques qui fusent de partout, la nouvelle ministre de la santé semble perdre le contrôle de la situation. Réagissant hier en marge d’une visite de reconnaissance, Marie Khémesse Ngom Ndiaye a littéralement sorti la grosse artillerie langagière.

« Nous ne sommes pas des vampires », dit-elle pour répondre à ceux qui, en parabole, disent que les malades de l’hôpital Aristide Le Dantec ont été « jetés dans la rue ». « Nous sommes des sénégalais pure teint. On ne peut pas prendre des malades et les jeter en pâture », poursuit Marie Khémesse Ngom Ndiaye qui visitait hier quelques sites de redéploiement des malades jadis internés à l’hôpital Aristide Le Dantec. Dans la même veine, la ministre de Santé estime qu’il était hors de question de laisser les malades dans l’hôpital jusqu’au mois de septembre. « Est-ce qu’on doit attendre jusqu’au 1er septembre pour sortir les malades, on ne le fera pas », tranche-t-elle. Abordant la question du foncier de l’hôpital, elle s’est également voulue on peut plus ferme. « Sur le dossier du foncier, il ne faut même pas essayer de me poser des questions. Le moment venu, faites vos enquêtes parlementaires, c’est votre droit le plus absolu. Nous sommes dans un pays de droit, un pays organisé et qui est dans la méthode », commente la nouvelle ministre de la santé qui se dit prête à répondre à la justice. « Ceux qui veulent porter plainte n’ont qu’à porter plainte. Celui qui déposera plainte contre moi j’irai répondre. Mais je pense que c’est contre l’Etat qu’on déposera une plainte. Et l’Etat a l’agent judiciaire. Que ceux qui veulent faire une marche le fassent », ironise encore Marie Khémesse Ngom Ndiaye.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page