SOCIETE 
A la Une

COVID-19 : « Le variant britannique, plus dangereux, détecté au Sénégal » (Pr Souleymane Mboup)

Il est plus contagieux, plus dangereux parce que plus létal que l’autre. Le variant britannique du virus à l’origine du Corona est déjà dans nos murs.

C’est désormais officiel. La révélation a été faite ce jeudi 28 janvier par le professeur Souleymane Mboup, à la suite de la lecture du communiqué du jour présenté par le ministère de la santé et de l’action sociale (MSAS). Le brillant patron de l’institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formations (IRESSEF) dit que ce variant est présent dans les échantillons de la deuxième série étudiés par l’IRESSEF. « Par la présente, nous vous informons avoir confirmé la présence d’un variant britannique SarsCov-2 dans les échantillons de la deuxième série », explique le Pr Souleymane Mboup qui précise que « la première série n’avait pas permis de trouver des variants ».

Le professeur Souleymane Mboup qui a auparavant fourni des informations sur le génotypage des souches de la deuxième vague de la pandémie, précise que « les virus sont connus pour leur capacité de mutation » « Cela fait partie du mode de (leur) fonctionnement normal », enseigne encore le Pr Mboup non sans préciser que de cette mutation dépend la survie des virus.

« Ces mutations vont leur permettre de s’adapter à leur environnement et également de s’adapter à leurs différentes zones qu’ils infectent. Nous avons noté vers la fin de l’année 2020, une propagation de nouveaux variants de coronavirus Sars-Cov2 qui étaient particulièrement contagieux », a encore détaillé le collaborateur du professeur Didier Raoult.

L’organisation mondiale de la Santé (OMS), définit trois principaux variants du virus. Il y a d’abord le « variant britannique » qui est retrouvé dans 70 pays et territoires à la date du 25 janvier soit 10 de plus qu’au 19 janvier.

Le deuxième variant est le « variant sud-africain » qui est également comme le variant britannique, plus contagieux que le virus Sars-Cov 2 originel. « Ce variant continue sa propagation et est désormais présent dans 31 pays et territoires soit 8 pays de plus depuis le 19 janvier », explique encore le professeur Mboup.

Enfin le dernier variant est celui brésilien qui a été signalé dans 6 nouveaux pays, donc présent au total dans 8 pays.

« C’est ainsi que l’Iressef en collaboration avec ses partenaires à Banjul (Gambie) ont procédé au séquencage d’échantillons de la deuxième vague du Sénégal et ont réalisé le génotypage », a-t-il soutenu.

Face à cette nouvelle donne plutôt alarmante, le professeur Mboup lance l’alerte : « Du fait que ces variants se transmettent plus rapidement, ce qui pourrait expliquer la vitesse de propagation de la maladie dans certaines pays, il est impératif d’appliquer scrupuleusement les mesures de prévention individuelles et collectives ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page