SOCIETE 
A la Une

COVID-19 : Le Pr Daouda Ndiaye décortique la « transmission communautaire »

Transmission communautaire. Depuis l’apparition du premier cas diagnostiqué positif au Covid-19, les autorités sanitaires parlent pour le première fois de ce mode de transmission du virus. Auparavant, tous les patients contaminés l’ont été soit à partir d’un « cas contact », soit l’ont « importé » d’un pays où la pandémie a atteint un certain pic.

Selon le professeur Daouda Ndiaye, qui en parle avec détails, le terme « transmission communautaire » est usité lorsque patient est contaminé par un virus sans que les médecins ne sachent la source de sa contamination ».
« Lorsque la source de contamination devient absolument impossible à identifier et qu’on ne sache pas qui a contaminé ce sujet, toutes les personnes vivant dans son environnement sont sujettes à un potentiel risque de transmission du virus contracté par cette personne infectée », précise le Pr Daouda Ndiaye, directeur du centre africain d’excellence sur la génomique et les agents infectieux à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

En conséquence, recommande le Pr Ndiaye par ailleurs chef du Service de parasitologie et mycologie de l’UCAD, toutes les personnes dans l’environnement de ce malade doivent systématiquement se faire consulter afin de faire éviter toute propagation du virus. Le professeur Daouda Ndiaye qui évoque une situation devenue « très sérieuse » avec la transmission communautaire, insiste sur l’importance pour les populations sénégalaises à respecter les mesures de prévention édictées par les autorités sanitaires. Car, répète-t-il, la transmission communautaire se fait entre des personnes d’une même communauté et qui n’ont jamais voyagé et n’ayant jamais été en contact avec une personne connue atteinte par le virus.

Pour rappel, le bilan officiel établi ce samedi 21 mars 2020, fait état de 9 nouveaux cas testés positifs au coronavirus dont 3 par la voie de la transmission communautaire. Au total, le Sénégal compte 56 cas positifs dont 5 cas guéris. Les 51 autres patients sont sous traitements au service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann et au centre de santé de Darou Marnane à Touba.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page