SOCIETE 
A la Une

FIN DU COVID-19 AU SÉNÉGAL : Le Dr Bousso entrevoit la fin dans le courant du mois de mai

Il avait annoncé la fin des cas importés “à partir du 4 avril” dernier. Aujourd’hui, le docteur Abdoulaye Bousso, directeur général du centre des opérations d’urgences sanitaires (COUS) envisage une possible fin de l’épidémie au mois de mai. Interrogé par nos confrères du quotidien national Le Soleil, sur le scénario le plus optimiste, il explique : “Je pense qu’il faut aller vers courant mai pour voir (la fin de l’épidémie, au Sénégal, ndlr)”. Un

“Et puis si ça finit aussi, c’est vrai qu’on fait beaucoup d’efforts au Sénégal, mais on ne peut pas fermer nos frontières indéfiniment. Je pense qu’il va falloir des stratégies. On y réfléchit déjà. Maintenant, nous avons des pays qui nous entourent où la situation n’est pas maîtrisée. On peut dire que tant qu’il persistera de cas dans le monde, il faudra rester mobilisé car à tout moment, il peut y avoir un effet revers qui fait ressurgir de nouveaux cas”, prévient néanmoins le Docteur Bousso.

Evoquant la situation épidémiologique du pays, le patron du COUS évite d’abord de parler “du pic du Sénégal” avant de préciser qu’il s’agit d’une évolution en dents de scies. “(…)Je ne sais pas quand est-ce qu’on va atteindre notre pic. Nous sommes en train de prendre des mesures qui atténuent cette épidémie. Maintenant, on verra, c’est sur une durée qu’on peut apprécier si l’on est dans un pic ou pas, parce qu’on a des moments où l’on a de nouveaux cas, des moments où l’on en a moins. Notre courbe est en dents de scie. Cela veut dire qu’on ne peut pas apprécier le pic. Quand les cas commenceront à descendre, on en saura davantage”, a encore expliqué le directeur général du COUS.

Depuis le début de l’épidémie au Sénégal le 2 mars dernier, le pays enregistré 412 cas confirmés dont 5 décès, un évacué vers son pays d’origine et 242 guéris. Au total, 164 patients sous actuellement sous traitement dans les différents centres dédiés.

Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. Il sait rien de l’épidémiologie. Perdue la fin des cas importés c’est facile, les frontières étant fermées, la période d’incubation de 14 jours. Il évident de prédire la fin des cas importés 14 jours après la fermeture des frontières.
    Il y a aucune tendance de l’épidémie au Sénégal qui peut faire penser à un arrêt au courant mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer