SOCIETE 
A la Une

COVID-19/KÉDOUGOU : Le “cas importé” a marché du Burkina au Mali avant de rallier la ville à bord d’une moto

Après plus de deux mois de résistance à la pandémie, la région de Kédougou est finalement “tombée” ce samedi. A cause d’un jeune sénégalais émigré, la région aurifère a enregistré son premier cas de coronavirus. Il s’agit de l’un des deux “cas importés” recensés ce samedi 23 mai par les services du ministère de la santé et de l’action sociale. Véritable “cas”, le “patient de Kédougou” revient en effet d’un lointain périple qui a duré deux longs mois.

A entendre M. Saër Ndao, gouverneur de la région, il s’agit d’un jeune sénégalais de 23 ans qui a réussi un véritable exploit. Emigré au Burkina Faso, il a quitté le pays des hommes intègres pour rallier le Mali…à pieds. Une fois au Mali, il a réussi à contourner les voies normales pour passer la frontière et rallier Kédougou à bord d’une moto. Après avoir réussi cette étape avec brio, le jeune homme tente enfin de rallier Kolda, sa région d’origine, toujours à bord de la moto. Décidé à boucler cette dernière étape, il passe par les “points non normalisés” et réussit à gagner quelques kilomètres. Mais sa course se terminera finalement à hauteur de la sortie de la ville où il a été intercepté par les forces de défense et de sécurité qui veillaient au grain.

Le gouverneur de la région de Kédougou qui a salué “la vigilance” des forces de défense et de sécurité et la “promptitude” des agents de santé a rassuré les populations de la zone. Selon lui, leurs opérations combinées ont permis “d’amoindrir les risques (de contamination) et circonscrire le cas”. Insistant sur le fait qu’il s’agit d’un cas “qu’il n’habite pas Kédougou”, le gouverneur précise que le patient “n’a pas fréquenté de famille” dans la région. “Il devait continuer son chemin. Mais grâce à la vigilance des forces de défense et de sécurité, il a été contrôlé, interpellé et mis en isolement par les services du médecin-chef de district”, précise Saër Ndao. Néanmoins, les services sanitaires sont sur le pied de guerre, à la recherche d’éventuels contacts de ce cas bien particulier.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer