SOCIETE 
A la Une

COVID-19 : 8 nouveaux cas dont 5 communautaires et 13 guéris

La bonne nouvelle, c’est que le Sénégal ne compte plus de “cas importés” depuis deux semaines environs. Comme l’avait prédit le docteur Abdoulaye Bousso, ces cas ont disparus entre le 4 et le 6 avril dernier. Les mesures de fermetures des frontières et de suspension des lignes aériennes pour les transports de voyageurs ont ainsi eu les effets escomptés.

Néanmoins, ce qui est encore une équation à mille inconnus pour les autorités sanitaires, c’est sans doute la récurrence des cas issus de la transmission communautaire. Aujourd’hui encore, cinq (5) des huit (8) cas positifs confirmés sur les 226 examens virologiques sont issus de ce redoutable mode de transmission qui ne permet pas une traçabilité du virus.

Pour le reste – les trois (3) cas – il s’agit de “personnes contacts suivies par les autorités sanitaires”, précise la directrice générale de la santé publique, le docteur Marie Khémès Ngom Ndiaye, qui a fait le point sur la situation du jour.
Parallèlement, treize (13) patients internés dans les centres de traitement ont été contrôlés négatifs, “donc considérés comme guéris”.

Les cas ont été recensés à Dakar (02 contacts et 04 communautaires répartis entre Yeumbeul, Keur Massar, cité Soprim et Médina), Louga (01 contact) et Touba (01 communautaire)

Ainsi, le bilan officiel global du Sénégal fait état de 350 cas confirmés dont trois décès, un évacué vers son pays d’origine (patient français finalement décédé le 8 avril dernier, ndlr), 211 guéris et 135 patients encore sous traitement dans les différents sites de traitements dédiés à la prise en charge des malades du Covid-19. .

Cinq cas de plus ce samedi 18 avril

Aujourd’hui encore, les cas de Covid-19 issus de la redoutable transmission communautaire prennent de plus plus des proportions inquiétantes dans le pays. Inquiétantes pour le professeur Seydi et l’ensemble des autorités sanitaires qui gravitent autour de la gestion de l’épidémie, inquiétantes également pour le chef de l’Etat qui, au cours d’un entretien diffusé hier sur FRANCE 24, envisageait déjà un réaménagement des horaires du couvre-feu de 18 heures à 7 heures du matin. Si certains spécialistes prônent le confinement des zones touchées par les cas communautaires, d’autres suggèrent tout simplement la généralisation du port du masque et/ou le dépistage massif.
Les autorités sanitaires regroupées au sein du comité national de gestion des épidémies sont en train de définir les stratégies les plus adaptées.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer