SOCIETE 
A la Une

COVID-19/ENSEIGNEMENT : Mamadou Talla explique pourquoi il n’y aura “pas d’année blanche”

A la suite de son collègue en charge de l’Enseignement supérieur, le ministre de l’Education nationale s’est prononcé sur les perturbations scolaires engendrées par la pandémie du Covid-19. Selon Mamadou Talla malgré la suspension des cours, l’année scolaire sera validée, parce qu’elle aboutira. “Certains pays ont repris les cours, avec des stratégies notamment sur le nombre d’élèves qui vient à l’école par jour pour respecter les gestes barrières. Ce sont des solutions qu’il faut envisager. Nous ne sommes pas dans une dynamique d’année blanche. Depuis octobre, les cours se déroulent normalement. Nous avons 5 mois de cours”, a d’abord rappelé Mamadou Talla qui était ce dimanche 12 avril, l’invité de l’émission “Jury du dimanche” sur iradio.

Rejetant ainsi toute idée d’une année blanche, le ministre de l’Education nationale insiste sur la tenue des examens “même s’il faut les décaler”. “L’année scolaire doit se terminer le 31 juillet. Il faut maintenant voir s’il faut décaler les examens. Il faut en discuter avec les acteurs. Mais les examens auront lieu comme prévu”, tranche Mamadou Talla.

Cette position du ministre de l’Education nationale épouse ainsi celle du ministre de l’Enseignement supérieur qui il y a une semaine, avait également exclu toute idée d’année blanche. “Nous avons mis en place deux commissions qui travaillent sur deux axes, l’un sur les mesures palliatives en termes de télé-enseignement et l’autre sur la réorganisation de l’année universitaire s’il arrivait qu’on repousse la réouverture des universités après le 4 mai”, avait expliqué Cheikh Oumar Hann, à travers les mêmes ondes d’Iradio.

Dans le cadre du plan national de riposte contre le coronavirus, le président de la République avait pris un certains nombre de mesures dont l’interdiction des rassemblements. Ce qui l’avait logiquement conduit à faire suspendre les cours dans les écoles et universités. Cette mesure qui courait jusqu’au 6 avril dernier a été prorogée jusqu’au 4 mai prochain.

“Personne ne maitrise l’issu de cette pandémie. Mais, l’espoir est permis. La situation telle qu’elle évolue, nous osons espérer que, le 4 mai prochain, les cours pourraient reprendre”, a encore déclaré Mamadou Talla qui rappelle que les années académiques précédentes ont connu des perturbations beaucoup plus importantes avec des grèves qui duraient, parfois, jusqu’à trois mois. Et, malgré tout, de telles perturbations, “relativement plus longues”, n’avaient jamais causé d’année blanche.

Concernant la stratégie qui sera déployée pour permettre une continuité des enseignements, le ministre de l’éducation explique qu’elle est en train d’être déroulée. Intitulée “Apprendre à la maison”, cette initiative dont l’objectif est d’assurer la continuité pédagogique devrait permettre aux élèves, “surtout ceux en classe d’examen”, de maintenir le cap.

Et, rassure Mamadou Talla, “là où, il n’y a pas l’internet, le ministre de la Culture et de la Communication nous a attribué, pour la première fois dans l’histoire du Sénégal, la plateforme ‘Canal Education’. Une télévision réservée uniquement à l’éducation”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer