SOCIETE 
A la Une

COUD : Cheikh Oumar Anne offre un « Ndogou » de 15 millions FCFA à des étudiantes

Les sénégalais ont connu les fameux tapis de prières, « satala » (bouilloires), carafes et autres cuillères de « Awa Kuddu », chèrement payés. Aujourd’hui, c’est un certain Cheikh Oumar Anne, qui s’illustre des dépenses ubuesques pour financer quelque activité ou alors payer d’une denrée à un prix d’or. Après ses kilogrammes de niébé achetés à 4 500 francs CFA, le kilogramme, l’alors directeur général du centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) nous revient avec un « Ndogu » (rupture du jeun) bien particulier. Dans son brulot intitulé « Scandale au cœur de la République, le dossier du COUD », notre confrère Pape Alé Niang nous révèle que l’ancien directeur de cette structure universitaire a réussi la prouesse de décaisser une enveloppe de 15 millions de francs CFA pour les beaux yeux des pensionnaires de la cité Claudel. Les faits, révèle encore le journaliste écrivain, remontent au mois de septembre 2014, deux ans seulement après l’arrivée de Macky Sall au pouvoir et la promesse d’une « gestion sobre et vertueuse ».

Et, le plus cocasse dans cette affaire, c’est que ni la direction générale du COUD ni l’agent comptable de cette structure n’ont pu préciser aux enquêteurs de l’OFNAC le montant exact dépensé lors de cette soirée de rupture de jeun bien spéciale. Pis encore, ils n’ont pu apporter la moindre pièce comptable pour justifier cette faramineuse dépense pour un « Ndogou ».
Dans le même sillage, Pape Alé Niang révèle que l’ors d’un Gala dit « de l’émergence » organisé le 3 mars 2015 et animée par l’artiste Doudou Ndiaye Mbengue, membre de l’Apr et chanteur attitré de Macky Sall, l’OFNAC a constaté qu’une « enveloppe du COUD) d’un montant de 3 millions FCFA a été remise au chanteur. Cette utilisation des deniers publics dans une soirée privée n’a également pas été justifiée par le COUD. Last but not least, en fouillant les états financiers du COUD, « l’OFNAC a remarqué que lors de l’élaboration du budget, des primes non justifiées allant de 200 mille à 1 million 200 mille FCFA sont allouées à des agents dont le seul mérite est d’être directeur ou proche de ce dernier (Cheikh Oumar Anne », nous dit encore Pape Alé Niang.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page