SOCIETE 
A la Une

CORONAVIRUS : Savoir reconnaître les signes de la maladie !

Coronavirus. C’est sans doute le terme qui affole les moteurs de recherches. Cette maladie infectieuse qui fait des ravages en Chine, ne laisse pas indifférentes les autorités sanitaires du Sénégal qui sont bien conscientes du danger qu’elle peut représenter chez populations. Le docteur Mamadou Ndiaye, directeur de la prévention au ministère de la Santé, en parle au micro de nos confrères de IGFM. Extraits…

Selon lui, le coronavirus est une famille de virus qui a une prédilection au niveau de la sphère ORL, notamment au niveau pulmonaire. Il crée des infections respiratoires aigues qui surviennent de manière brutale avec des signes comme la fièvre et des toux.

Réputé contagieux, le Coronavirus peut néanmoins être maitrisé. Se le Dr Mamadou Ndiaye cependant, « certains (spécialistes) pensent que c’est un type nouveau » qui crée une panique d’autant plus acceptable que le virus est apparu dans un pays assez peuplé et peut se disséminer assez rapidement, au gré des voyages, des contacts humains, etc.

Des symptômes classiques

A entendre le Dr Ndiaye, les symptômes du coronavirus sont plutôt classiques. « Il s’agit, dit-il, de symptômes pseudo grippales, avec des toux, de la fièvre et une infection au niveau des poumons. Ce sont des signes globaux d’infection virale ». Dans le cadre de la prise en charge, le Dr Ndiaye rassure que depuis l’année 2013, avec la la très grande montée de ce virus, il y a eu des mesures et une surveillance des maladies respiratoires. Mieux, renseigne-t-il, « dans le cadre de la prévention, le ministre de la Santé a pris un certain nombre de mesures » dont la réactivation du système de surveillance et son renforcement à l’échelle du pays. « Il y a également l’élaboration des fiches techniques, c’est-à-dire la ‘carte d’identité’ de la maladie qui est envoyée à toutes les structures et à tous les agents de santé pour qu’ils puissent reconnaitre la maladie. Ainsi, si un tel cas se présente à eux, ils isolent le sujet et font des prélèvements », poursuit-il. Enfin, le ministère de la Santé a également identifié les structures sanitaires spécialisées, capables de recevoir des cas. Le directeur de la prévention prône enfin une plus grande vigilance au niveau des points d’entrées, essentiellement aux niveaux des aéroports. En somme, conclut-il, « il n’y a pas lieu de paniquer parce que c’est une maladie connue est bien prise en charge en cas de détection précoce. Il faut aller à l’hôpital assez tôt. Pour l’instant, aucun cas n’est signalé au Sénégal ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page