SOCIETE 
A la Une

CORONAVIRUS : « La solution n’est pas de fermer les frontières » (Pr Daouda Ndiaye)

Préparer le système dans la prise en charge et surtout dans la prévention (du coronavirus) plutôt que de restreindre la liberté de mouvement des personnes. Telle est l’option proposée par l’éminent professeur Daouda Ndiaye. Selon le chef du département de parasitologie de la faculté de médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), « la fermeture des frontières c’est aller trop loin, même si le corona dont le virus, en dehors de l’aspect génétique, reste incompréhensible ». Pour le chef du département de parasitologie de la faculté de médecine de l’UCAD, l’idée de bloquer la circulation des personnes et biens n’est pas une solution pour ce virus. Car, dit-il, l’Afrique ne dispose pas d’assez de ressources et, les méthodes de diagnostic du virus restent limitées. « La meilleure stratégie c’est de laisser les personnes se mouvoir correctement et préparer le système dans la prise en charge et surtout dans la prévention », préconise le professeur Daouda Ndiaye, inventeur du test Illumingène Malaria dans la lutte contre le paludisme.

A lire aussi : PR DAOUDA NDIAYE, INVENTEUR DU TEST ILLUMIGENE MALARIA : « Le combat contre le paludisme est un combat pour le développement »

Invité du « Jury du dimanche » sur Iradio, le professeur Daouda Ndiaye estime que ce nouveau virus, au delà de ses nombreuses victimes, est en train de secouer le monde diplomatique qui, « est en train de recevoir un coup par rapport au virus pour lequel nous sommes tous concernés et inquiets à la fois ».

Interrogé sur le niveau de risque de propagation du coronavirus, le professeur Daouda Ndiaye n’y va pas par quatre chemins. « Il y a des risques réels de cette infection. La menace est réelle à tous les niveaux. C’est la raison pour laquelle un pays comme l’Australie a fermé ses frontières aux étrangers particulièrement aux Chinois. Le Vietnam a annulé tous ses vols en provenance ou en direction de la Chine. Et pas mal de pays sont en train de se préparer. Cela veut dire, qu’aujourd’hui, même le monde diplomatique est en train de recevoir un coup par rapport à ce Coronavirus. En réalité, nous sommes tous concernés et inquiets », liste-t-il.

Néanmoins, se voulant plutôt rassurant malgré tout, ce spécialiste en épidémie souligne que des contrôles trans frontaliers sont en train d’être effectués. « Aucun cas de coronavirus n’a encore été détecté en Afrique notamment au Sénégal qui dispose d’un personnel de santé aguerri en matière de prise en charge des maladies comme celle-là », rassure le chef du département de parasitologie de la faculté de médecine de l’UCAD par ailleurs conseiller à Harvard.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page