SOCIETE 
A la Une

CORONAVIRUS : Comment se protéger de l’épidémie

Un décès recensé en France – il s’agit en fait d’un touriste chinois de 80 ans, porteur de la maladie et hospitalisé à Paris – et douze cas officiellement confirmés. L’épidémie du coronavirus, née dans la province chinoise de Wuhan, est en train d’étendre ses tentacules hors du continent. En fin de semaine d’ailleurs, le coronavirus a fini par entrer en Afrique, via l’Egypte qui a confirmé un cas de l’épidémie, même si le porteur n’était pas un citoyen égyptien.

Globalement, plus de 1600 décès sont actuellement recensé pour plus de 65 000 cas confirmés de cette maladie déclarée urgence de santé publique à portée internationale par l’Organisation mondiale de la Santé. En conséquence, l’OMS estime que l’épidémie du coronavirus constitue un véritable risque pour la santé publique même en dehors de la Chine, en raison notamment du propagation internationale de maladies. Et, pour amoindrir ces risques liés à la maladie, l’organisation mondiale de la santé prône une certaine vigilance pour mieux se prémunir.

Elle a ainsi dressé une liste de recommandations standard à l’intention du grand public en vue de réduire l’exposition à un éventail de maladies, et la transmission de ces maladies. Parmi celles-ci, l’OMS cite l’hygiène des mains, l’hygiène respiratoire et, surtout, de bonnes pratiques en matière de sécurité sanitaire des aliments.

Concrètement, l’OMS prône un lavage fréquent des mains avec “une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon”, une couverture de la bouche et du nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement. Surtout, “il faut jeter le mouchoir immédiatement après et se laver les mains”, insiste l’organisation mondiale de la santé.
En outre, elle recommande aux populations d’éviter les contacts proches avec les personnes qui ont de la fièvre et qui toussent. Et, “en cas de fièvre, de toux et de difficultés à respirer, consulter un médecin sans tarder et lui indiquer les voyages effectués”, conseille encore l’OMS qui, enfin, déconseille la consommation de produits d’origine animale crus ou mal cuits. “Conformément aux bonnes pratiques relatives à la sécurité sanitaire des aliments, la viande, le lait ou les abats crus doivent être manipulés avec précaution afin d’éviter une contamination croisée avec les aliments crus”, suggère l’OMS.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer