SOCIETE 
A la Une

CASAMANCE : L’armée déclare la guerre aux voleurs de bétail

En Casamance, les balles tonnent de moins en moins. Hormis quelques attaques isolées de malfrats souvent cataloguées « éléments du MFDC », la partie Sud du pays n’est plus ce qu’elle était il y a dix, quinze voire vingt ans. D’ailleurs, confirme le chef d’Etat major général des armées (CEMGA), la situation est désormais sous contrôle en Casamance, malgré quelques cas « d’incidents isolés ». « J’ai fait le tour des différentes unités pour m’enquérir de la situation. Celle-ci est relativement calme comparée aux situations que nous avons connues plusieurs décennies en arrière », même si dernièrement, « nous avons noté quelques cas de braquage menés par des individus isolés », a-t-il dit.

Aujourd’hui, la guerre que mène l’armée dans cette zone du pays est plus une guerre contre les braconniers et autres coupeurs de routes, contre les trafiquants et voleurs de bétail qu’une guerre contre une rébellion.

C’est sans doute fort de ce constat, que le nouveau chef d’Etat major général des armées, a promis de nouveaux paradigmes dans la sécurisation des personnes et des biens dans la partie méridionale du pays. En visite à Ziguinchor, le général de corps aérien, Birame Diop, promet que les forces armées sénégalaises vont davantage axer leur mission de sécurisation sur le vol de bétail et la préservation de la forêt en Casamance. Selon le CEMGA, les militaires sont en train de faire le maximum afin de prévenir le vol de bétail et le combattre en étant très mobiles. « L’armée va se déplacer dans toutes les zones où le besoin se fera sentir pour des missions de prévention du vol de bétail », a martelé le général de corps aérien.

Cette sortie du général Diop a été faite à Ziguinchor, une des multiples étapes de sa tournée de prise de contact dans les commandements militaires de la zone sud. Il a fait le tour de ses unités à Kolda, avant de poursuivre son périple à Ziguinchor où il est arrivé le jeudi 23 janvier. « Que ce soit le braconnage, la déforestation et les autres trafics divers, tout est pris en compte en collaboration avec les autres forces de défense et de sécurité. Nous voulons aussi travailler étroitement avec les populations, les élus locaux et les autorités administratives », a-t-il dit.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page