SOCIETE 
A la Une

BLOQUÉ À L’ENTRÉE DE LA MORGUE DE L’HPD : La belle réaction du khalife général des Tidianes

La morgue de l’hôpital Principal de Dakar a refusé du monde ce lundi 3 août, au lendemain du décès de Mansour Kama. La cérémonie de levée du corps a drainé une foule immense rendre un dernier hommage à ce capitaine de l’industrie sénégalaise, figure emblématique de l’économie, de la culture, de l’éducation et du sport.

Sur place, Mansour Kama, a eu droit à de nombreux et élogieux témoignages venus d’horizons divers. Des témoignages que le khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour a « religieusement » écoutés…loin de la tente érigée pour recevoir les officiels. En effet, bloqué à l’entrée par un gendarme qui ne l’a pas reconnu à cause du masque qu’il portait, Serigne Babacar Sy Mansour a préféré suivre la cérémonie, debout, au milieu de la foule plus ou moins anonyme qui n’a pas manqué d’apprécier cette belle leçon d’humilité.

Très vite identifié au milieu de la foule, les officiels dont l’ancien Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, a littéralement bondi de sa chaise pour aller accueillir le saint homme, aidé en cela par le communicateur traditionnel, El Hadj Mansour Mbaye. Mais, c’était sans compter avec la détermination du patriarche de Tivaouane, décidé de rester à la place qu’il occupait déjà. Surtout que, commente le khalife général des Tidianes : « Nous sommes tous égaux devant Dieu ».

Décédé ce dimanche 2 août des suites d’une longue maladie, le défunt président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES) a été inhumé au cimetière musulman de Yoff.

Du chef de l’Etat qui a salué la mémoire d’une “icône du patronat”, à l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, en passant par le leader du PASTEF, Ousmane Sonko ou encore l’ancien ministre du travail, Yero Deh, de nombreuses personnalités de différentes chapelles ont unanimement regretté le décès d’un discret bienfaiteur, d’un « homme utile » pour sa communauté, son pays.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer