SOCIETE 
A la Une

“Avant de demander à un malade de payer, il faut le soigner”, Macky Sall

Face à presse, le président de la République a été interpellé sur la situation des hôpitaux sénégalais et notamment sur la prise en charge des urgences médicales, source de nombreuses difficultés. En effet, des malades en situation d’urgence sont souvent référés d’hôpital en hôpital sans pouvoir bénéficier de soins, jusqu’à ce que le pire se produise. Conscient de cette situation, le chef de l’Etat avait déjà, en juillet dernier, évoqué la question en Conseil des ministres en demandant au ministre de la Santé et de l’Action sociale “d’organiser une concertation avec les acteurs sur la qualité de la prise en charge des urgences”. Revenant sur cette question, le président de la République estime que le système de santé doit être amélioré à ce niveau même si des efforts ont été réalisés. Mais, pour les urgences surtout, le président Macky Sall met en avant la vie du malade. “Il faut organiser les hôpitaux de sorte à pouvoir prodiguer des soins d’abord et après seulement, présenter une facture à un malade”, suggère le chef de l’Etat.
Macky Sall reconnaît que le problème des urgences est une question très difficile. Il révèle à ce propos : “Avant-hier j’ai reçu une fiche (de renseignements, NDLR) qui indique que seul l’hôpital Principal de Dakar pouvait accueillir des malades en situation d’urgence. C’est inexplicable parce que sans les urgences, on ne peut pas sauver des vies. Donc, nous travaillons actuellement sur cette question et j’ai demandé au ministre de la Santé de voir avec les hôpitaux pour que les services d’urgences – et le Samu national – comment régler ce problème”. Dans la même veine, le président de la République dit avoir fait le constat que de nombreux malades ne veulent pas aller à l’hôpital parce qu’ils n’ont pas de quoi payer. “C’est pour cette raison que j’ai instauré la CMU (couverture médicale universelle), et entre 2013 et maintenant, nous en sommes à 49,5% de la population qui sont dans des mutuelles de santé et peuvent être pris en charge en cas de maladie, nous allons continuer dans cette lancée pour atteindre un objectif de 80%”, rassure-t-il.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer