SOCIETE 
A la Une

ATTENTAT A LA PUDEUR : M. Diop frotte son s*… sur une dame en pleine rue

Il faudra bien chercher pour trouver un pervers de son acabit. Vigile de son état, le sieur Moustapha Diop, âgé d’une trentaine d’années et père d’un enfant, n’a rien trouvé de mieux que de frotter son sexe sur une ressortissante italienne qui marchait tranquillement dans les ruelles de Liberté 6. Les faits se sont déroulés à quelques mètres du camp pénal, non loin du lieu de travail de Mousptapha Diop. Aux environs de 19 heures 30 minutes, alors qu’elle marchait tranquillement, aux côtés de deux de ses compagnons, la victime se plia pour ajuster son pantalon. C’est le moment choisi pour le vigile qui marchait lentement derrière elle pour la serrer par derrière et frotter son postérieur sur ses attributs. Surprise et prise de panique, la dame se met à crier et parvient à échanger quelques mots à son agresseur qui finit par se faufiler. Mais, sur indication d’un vendeur de fruit qui suivait la scène, il a sera très vite rattrapé avant d’être conduit au commissariat de Dieuppeul et déféré au parquet. Poursuivi pour injures publiques et attentat à la pudeur, le mis en cause aurait reconnu les faits à l’enquête préliminaire, avouant qu’il ne savait pas ce qui l’avait conduit à faire un tel geste.
Mais, devant la barre, il a clamé son innocence. Revenant sur les faits il prétend qu’il a juste touché les fesses de la dame « par inadvertance » et à cause de « l’étroitesse » de la rue. Non convaincu par ces dires, le parquet avait requis l’application de la loi là où l’avocat de la défense plaidait une relaxe pure et simple. Après en avoir délibéré, le tribunal a disqualifié les faits en violences et voies de fait avant de condamner le sieur Moustapha Diop à un mois d’emprisonnement ferme.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page