SOCIETE 
A la Une

Aide à la presse : « A l’exception de DMedia, tous les organes ont récupéré leurs chèques » (DG communication)

Comme chaque année, la répartition de l’aide à la presse suscite de nombreuses polémiques. Cette année n’a pas dérogé à la règle. Au contraire. La polémique est d’autant plus épaisse que le chef de l’Etat qui avait décidé de faire passer le montant de cette subvention du simple (700 millions de francs CFA) au double (1 milliard 400 millions de francs CFA) semble ne pas être suivi par le ministre de la culture et de la communication. C’est du moins l’avis de certains « patrons » de presse qui jurent que le montant de l’aide n’a pas été doublé.

En attendant de répondre clairement à cette question et d’en apporter des preuves tangibles, le ministre de la culture et de la communication peut compter sur le directeur générale de la communication pour assurer sa défense. Et, ce dernier ne semble pas y aller avec le dos de la cuillère. Premier morceau servi : « à l’exception de DMedia, tous les autres patrons de presse qui ruent sur les brancards ont récupéré leurs chèques », lance en substance le directeur général de la communication, Ousseynou Dieng sur la RTS.

Autrement, ceux parmi les patrons de presse qui disent avoir « craché sur leurs parts » ne disent pas la vérité à leurs employés et à l’opinion public. Mieux, ajoute le directeur de la communication, « eux-mêmes ont fourni des listes. Quand j’ai vu un communiqué où l’on dit que les patrons refusent de prendre l’aide, c’est bizarre : Eux tous ont pris. Il n’y a qu’un organe que j’ai remarqué qui n’a pas pris (DMedia, ndlr). Tout le monde a pris, à commencer par le président du CDEPS qui a son entreprise, qui est bénéficiaire ».

Et, selon le directeur de la publication, le ministre a doublé l’enveloppe, conformément aux recommandations du président de la République. Seulement, poursuit-il, « l’heure n’est pas à la publication des montants alloués aux organes parce que le processus est en cours ».

Pour clore ce chapitre, Ousseynou Dieng rappelle que la répartition a été faite « en rapport avec l’ensemble des acteurs de la presse, dont le CDEPS, le patronat, le SYNPICS, l’Association des radios communautaires. Nous sommes (donc) transparents. Maintenant, quand un groupe veut accaparer tout, ce n’est pas possible parce qu’il y a le principe d’équité ».

Ousseynou Dieng, DG Communication

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page