SOCIETE 
A la Une

AGRESSION MORTELLE D’UN AMERICAIN : L’hôpital de Kaolack pris d’assaut par des disciples de Baye

La journée a été longue, très longue pour l’administration et le personnel médical de l’hôpital El Hadj Ibrahima Niasse de Kaolack et pour cause. Des petits-fils et des disciples de Baye Niasse évoquent « une négligence » dans la prise en charge du jeune Mohamed Cissé, fils de leurs condisciple Aziz « Américain ». Le garçon a en effet, succombé à ses blessures (voir KAHONE : Agression mortelle d’un américain) après avoir été interné dans la structure hospitalière, ce mercredi 22 janvier.

Très remontés contre les responsables de l’hôpital, ces disciples de Baye Niasse sont convaincus qu’il y a eu « négligence » dans cette affaire. A preuve, lance l’un d’eux : « Il y a eu de la négligence. Imaginez, les deux patients sont arrivés dans cet hôpital vers 4 heures du matin, mais ce n’est finalement qu’à 11 heures que les médecins se sont pointés pour les prendre en charge. Entre temps, le jeune Mohammed Cissé avait perdu tout son sang. Et, le plus regrettable dans cette affaire, c’est que les médecins ont évoqué un manque d’argent pour la prise en charge du blessés ». Une situation fort regrettable qui n’obéit pas aux recommandations du chef de l’ Etat Macky Sall et à la note circulaire du ministre de la Santé et de l’Action sociale invitant les structures hospitalières à une meilleure gestion des urgences dans les hôpitaux. Dans la même lancée, un autre disciple fait remarquer : « Il a fallu attendre jusqu’à 10 heures pour qu’un des petits-fils de Cheikh Al Islam vienne mettre 500 mille Fcfa sur la table pour que les médecins daignent bouger pour faire leur travail. C’est vraiment regrettable ».

Des accusations vivement démenties par les autorités de l’hôpital. Face à la presse, le Dr Kalidou Ly, a en effet rejeté la thèse de négligence et expliqué comment les deux patients ont été accueillis. « Nous avons besoin de rétablir la vérité des faits. Nous avons reçu ce matin, vers 5 h du matin, un père et un fils qui ont été agressés. Donc à l’arrivée, ils présentaient tous les deux des traumatismes crâniens ouverts. Le fils était plus atteint, le père un peu moins », a-t-il précisé.

Rassemblés devant la porte de l’hôpital régional, des ressortissants nigérians avaient (Haoussas), avaient pour leur part, menacé d’y entrer de gré ou de force. Heureusement, l’intervention d’un des petit-fils de Baye Niasse, du nom de Baye Makhtar a pu calmer les ardeurs.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page