SOCIETE 
A la Une

ZIGUINCHOR/AFFRONTEMENTS AVEC LES POLICIERS : Un étudiant victime d’un traumatisme facial

La statut de « pays affecté » par le coronavirus cache mal les difficultés que les étudiants de l’université Assane Seck de Ziguinchor sont en train de vivre. Ces étudiants sont si fatigués de leurs difficiles conditions qu’ils ont refusé de lever leur mot d’ordre de grève : « illimité ». Au contraire, malgré l’intervention de bonnes volontés et de certaines autorités comme Le directeur général de l’enseignement supérieur, qui a fait le déplacement pour tenter d’apaiser la situation, les étudiants ont renoué avec la violence ce mardi.

Manifestant leur mécontentement, ils ont voulu saccager le rectorat et incendier un bus. Mais, finalement, les forces de l’ordre sont intervenues pour les en empêcher. Ce qui a déclenché de violents échauffourées au sortir desquelles, quatre étudiants se sont retrouvés avec des blessures dont un dans un état assez grave. Celui-ci, admis aux urgences de l’hôpital régional de Ziguinchor, souffre d’un traumatisme facial. Selon certains témoignages, cet étudiant dont l’identité n’a pas été révélé a perdu trois dents au niveau de la mâchoire supérieure et une autre au niveau de la mâchoire inférieure. Il se retrouve également avec des lésions au niveau du visage.

Entre autres motifs de cette grève, les étudiants dénoncent surtout les lenteurs notées dans la construction des chapiteaux devant accueillir la pléthore de nouveaux bacheliers orientés cette année à Ziguinchor. Une conséquence de la décision du ministre de l’Enseignement supérieur d’orienter l’ensemble des bacheliers dans les universités publiques.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page