SOCIETE 
A la Une

AFFAIRE THIONE NIANG : Le commissaire de Bargny parle

Suite à l’affaire Thione Niang, le commissaire Assane Sall du poste de police de Bargny a tenu à rétablir une part de vérité sur la situation sécuritaire globale dans la commune. L’officier de police qui a brièvement répondu aux questions de nos confrères du journal L’Observateur, refuse de « personnaliser » cette affaire qui a opposé l’opérateur économique Thione Niang et la police qu’il accuse de « harcèlement et d’extorsion de fonds ». Le commissaire de Bargny qui dit assumer pleinement sa mission de sécurisation des personnes et de leurs biens. A entendre le commissaire Sall, « il n’existe pas de bar ou auberge à Bargny ». « Tout est concentré à Sendou, c’est pour cette raison que nous n’avons pas lésiné sur les moyens humains pour sécuriser cette localité. Nous filtrons toutes les entrées et sorties à Sendou », explique encore l’officier de police.
S’il en est ainsi, c’est que « notre pays n’est pas épargné par les menaces terroristes » et qu’en conséquence, il du devoir de la police de « savoir qui entre et qui sort de Sendou », tranche-t-il. Revenant sur la réglementation des auberges, le commissaire Sall précise que ces établissements doivent, chaque semaine, présenter leur registre de police.
Revenant la position stratégique de Sendou, le commissaire rappelle que cette zone où « des projets stratégiques sont en train d’être mis en œuvre – centrale à charbon, port minéralier et vraquier – (doit) être sécurisée ». « Nous ne visons personne mais, nous faisons notre travail comme il se doit. Nous nous réjouissons des encouragements des notables et autres citoyens qui nous demandent de continuer dans ce sens afin d’éradiquer tout insécurité dans la zone », précise encore le commissaire Assane Sall.

Pour rappel, le Week-end dernier, Thione Niang qui se sentait « agressé et harcelé » par la police de Bargny avait mis en ligne deux vidéos pour dénoncer cet « acharnement » dont il se dit être l’objet.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page