SOCIETE 
A la Une

AFFAIRE FULBERT SAMBOU ET DIDIER BADJI : Le Parquet maintient le dossier en vie

Le Parquet du procureur de la République, qui avait annoncé la disparition des deux militaires en service dans les renseignements s’est encore prononcé à travers un communiqué rendu public hier. Le document parcouru par Alerte Quotidien résume bien la conduite que le Parquet décide de tenir dans cette affaire : « saisine du juge d’instruction pour l’ouverture d’une information judiciaire » et « poursuite des investigations et des recherches ».

L’enquête se poursuit. Les recherches aussi. Tenant à la manifestation de la vérité dans cette triste affaire, le Parquet du procureur de la République a ainsi décidé de saisir le juge d’instruction pour l’ouverture d’une information judiciaire. L’objectif est, selon le communiqué du Parquet, de « rechercher les causes exactes du décès » du sergent Fulbert Sambou. Revenant sur les résultats des recherches ayant conduit à la découverte du corps du défunt sous-officier, la même source rappelle : « (…) le 23 novembre 2022, la Marine nationale a été informé par un pêcheur demeurant au quartier Pen-mi de la Médina de la découverte d’un corps sans vie aux larges des côtes sénégalaises ». « Le transport subséquemment effectué sur les lieux a permis aux enquêteurs de la section de recherches, suites aux constations d’usage, de présumer qu’il s’agit du corps sans vie de l’un des disparus, en l’occurrence le sergent Fulbert Sambou, par la suite formellement identifié par sa famille », explique encore le communiqué du Parquet.

Revenant sur les causes exactes de ce décès, le texte précise qu’elles n’ont pas pu être décelées en l’état. Pour cause, précise le Parquet, qui cite le certificat de genre de mort établi par un médecin légiste : « l’examen externe du corps ne distingue pas de signe traumatique ou de traces de violences et que son état de décomposition avancée ne permet pas d’établir les causes exactes du décès ». De la même manière, explique encore le Procureur de la République, « l’autopsie souhaitée par les enquêteurs » était impossible du fait de l’état du corps du défunt sergent. Nonobstant ce blocage matériel, le procureur Amady Diouf a décidé de maintenir en vie ce dossier qui, outre le décès constaté du sergent Sambou, concerne également la disparition de son compagnon, l’adjudant-chef Didier Badji qui depuis le 19 novembre dernier, n’a pas donné signe de vie. Pour ce dernier, « la section de recherches a été instruite de poursuivre les investigations », conclue le texte du Parquet.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page